Chimères d'albâtre de Stéphane Soutoul

Quatrième de couverture

Des êtres immortels rôdent dans les ténèbres. Depuis la nuit des temps, à notre insu, ils sont là, parmi nous. Leurs visages livides se détachent de la réalité aveugle pour hanter nos plus indicibles cauchemars, nourrir nos fantasmes les mieux enfouis. Le vampire ! Une source intarissable d'indécence et de malédiction.
Meurtrier impitoyable ou ange gardien, objet de désir ou incarnation des pires frayeurs, sensuel ou répugnant... Le buveur de sang peut refléter tout cela et bien plus encore.
Partagez la passion dévorante de cet adolescent fervent admirateur de Dracula et son engeance, découvrez l'histoire de cette femme brisée qui voit son âme ravivée par le plus énigmatique des amants, tremblez aux côtés de ce groupe de vacanciers aux prises avec une machine à tuer avide de mort, suivez le destin tragique d'une damnée en quête de vengeance...
Chimères d'albâtre explore le folklore du vampire tout au long de quatorze nouvelles modernes qui oscillent entre ombre et lumière. Une multitude de facettes pour effleurer la surface d'un mythe d'une richesse inouïe, toujours aussi vivace dans l'imaginaire populaire.
Un voyage sans retour en compagnie d'illusions à la perfection aussi sublimes que mortelles.

Mon avis

Il est très rare que je lise des recueils de nouvelles, car comme le dit la définition de la nouvelle : c’est un texte court et bien souvent, j’ai le sentiment que c’est inachevé, qu’il manque quelque chose. Par ailleurs, en France, ce n’est pas un format de livres que l’on rencontre très souvent, donc c’est pour ça que je lis essentiellement des romans et plus ils sont gros, mieux c’est. Pourtant, je dois avouer que ce recueil me faisait de l’œil (outre une couverture assez magnifique), la quatrième de couverture avait attisé ma curiosité et selon les conseils d’Audrey, il fallait absolument que je lise ce livre. Ayant beaucoup aimé son premier roman (Le Mal en la demeure), j’ai fait confiance et ait accepté avec plaisir de lire le recueil Chimères d’albâtre de Stéphane Soutoul que je tiens à remercier, pour m’avoir permis de lire son livre (plus rapidement que prévu) et de le chroniquer. J’espère que je pourrais lire d’autres ouvrages de cet auteur parce que j’apprécie beaucoup ce qu’il fait.

Quand on entre dans l’univers de Stéphane Soutoul, on sait d’ores et déjà quel thème est abordé : celui du vampire. Je trouve que ça ne gâche pas du tout notre lecture, car souvent, bien assez tôt, on sait qu’il s’agit de ce genre de créature, même si parfois, ils ne sont pas nommés ainsi. Donc, le fait de le savoir ne m’a pas dérangé et m’a permis d’appréhender aisément l’histoire et de m’imprégner de l’atmosphère qui se dégage, chose la plus importante pour l’auteur. C’est chose réussie. A travers ces 14 nouvelles, on entre dans différents mondes, moments et problèmes, tout cela lié aux vampires. Nous retournons pour quelques instants dans le passé, le temps d’une histoire, avant d’être projeté dans le présent ou un temps proche du nôtre. On passe aisément d’un moment à l’autre, d’une nouvelle à l’autre, sans que ça ne pose de problème. L’auteur s’amuse avec divers points de vue (aussi bien des vampires hommes que femmes), même si la plupart du temps, on peut voir des vampires féminines. Je trouve cela assez intéressant par ailleurs, puisque bien souvent, lorsqu’il s’agit de vampires… eh bien ce sont souvent des hommes et non des femmes, ces dernières ayant souvent le rôle de Chasseuse, notamment dans l’Urban Fantasy.

Je ne pourrais pas faire un bref « résumé » de chaque nouvelle sans quoi ça n’aurait pas d’intérêts, puisque c’est court (définition de la nouvelle), je risque de dévoiler rapidement, sans trop en dire toutefois, l’histoire. Je me contenterai de dire que l’on voit ici le mythe du vampire à travers différents points, qui sont souvent repris dans la littérature, mais l’auteur sait jouer avec tout cela et nous emporter dans son monde avec une certaine facilité, nous émerveillant, nous effrayant parfois même. A travers ses nouvelles, on aperçoit ainsi différents aspects du vampire : ses côtés sombres, avec des histoires horribles, glauques, le vampire dans toute sa splendeur en tant que créature de la nuit assoiffée de sang ; ses côtés magnifiés, où l’on retrouve le vampire sensuel, « amoureux », tendre, un aspect qui fascine beaucoup les gens grâce à cette nature qui nous émerveille, son statut d’éternité, le vampire comme une créature éternelle qui peut offrir cela d’une simple morsure… Même si le thème de ce recueil a été plus d’une fois exploitée, je trouve que la manière de faire de Stéphane Soutoul est des plus agréables et originales.

L’écriture de Stéphane Soutoul est un vrai régal, c’est très bien écrit, et on se laisse emporter facilement dans son univers grâce à cela. Ses histoires le font déjà aisément, mais son écriture également. Comme l’ayant déjà dit dans une autre œuvre de l’auteur, il a une écriture « classique » qui nous donne l’impression de lire ici des contes anciens, même si certains évènements se passent de nos jours. Le seul point faible de ce recueil c’est qu’il y a pas mal de fautes (orthographe / grammaire) et ça peut nuire à la lecture parce qu’on ne peut pas les rater. C’est un peu dommage car sans cela, le recueil serait vraiment parfait. Mais ça ne m’a pas empêché de savourer ce recueil qui est vraiment très bien (mais ça pourrait en gêner plus d’un).

En lisant ce recueil, on comprend pourquoi le titre est Chimères d’albâtre (même si au début, je pensais qu’il s’agissait d’un titre d’une des nouvelles, mais ce n’est pas le cas, cela est bien plus subtile et intéressant je trouve). Cela renvoie parfaitement à l’univers créé, aux nouvelles présentées ici.

Je recommande vivement ce recueil parce qu’il reste très agréable à lire, les histoires sont vraiment très intéressantes, différentes des unes des autres et nous permet de connaître et appréhender d’une autre manière le thème des vampires. Ce monde fascinant n’a pas encore montré toutes ces facettes afin d’en découvrir encore et toujours plus.

Nouvelles :

Dans les bras de la mort
Miracle rue des sépultures
La proie et le chasseur
Seconde Chance
Motif de sang
Un héritage maudit
Vampire cherche victime désespérément
Funeste renaissance
Lettre d'aveux
Slasher in the night
La déesse de sang
Un amour interdit
Au nom de la vengeance
L'ange pâle

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ikebana de Céline Landressie (Rose Morte 4)

In My Mailbox (294)

Le Top / Flop du Mois ! (Juillet 2017)