Le grimoire des anciens de Frédérique Pinson-Ibarburu (Sort-Céleri Maïa Luna 2)

Quatrième de couverture

« Il était une fois, un magnifique pays (imaginaire) tout beau, tout tranquille. Le pays de Faërie… La vie y était un art de vivre. Même le temps s’y mettait, il faisait toujours pratique soleil et une température tempérée. Et puis les habitants… d’un charmant !! Bref, la vie était parfaite…
Mais bien sûr, t’as qu’à croire ! Bon ça suffit comme ça, les conneries !! Je vais vous raconter la véritable histoire du Pays de Faërie, et par la même occasion mon histoire !
Je suis une sorcière trentenaire (et quelques poussières) pas farouche pour deux sous, un peu libérée… pas trop coincée ! Bref totalement assumée, avec un caractère de feu.
Mais tout n’est pas rose dans la vie d’une sorcière ! Et je peux bien vous l’avouer… Là je suis dans un sacré bourbier !
Prisonnière au Château des Ombres, retenue par l’ignoble Callaghan (plus pourri tu meurs…), j’attends avec une certaine impatience que mes preux chevaliers daignent bien venir me libérer !!
Mais, Elorn, Philibert, Ryan et Jack… Un dragon, deux mages et un pirate se font un peu trop désirer à mon goût, et la patience n’est pas ma vertu première… »

Nous voilà une fois encore embringués dans la vie folle et trépidante de Maïa Luna, qui pour cette nouvelle aventure nous entraîne dans une poursuite endiablée contre le temps !
Entre mer, amour, trahison et vols à dos de dragons, savourez ce nouvel opuscule désopilant des aventures féériques de Maïa et ses acolytes. Accrochez-vous ça va décoiffer !

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur Frédérique Pinson-Ibarburu de m’avoir permis de lire son livre. Je dois avouer que je ne connaissais ni ce livre, ni cette maison d’édition, donc j’aurai eu peu de chance de le lire si elle ne me l’avait pas proposé. Je dois avouer que je ne sais pas trop quoi penser de cette lecture après réflexion, mais j’ai quand même passé un bon moment, c’était drôle et rafraichissant donc c’est à prendre pour ce que c’est, sans se prendre la tête.

Comme le montre cette longue quatrième de couverture, Maïa Luna s’est faite capturer par son ennemi Callaghan qui lui aussi recherche le Grimoire des Anciens. Alors elle va tenter de s’échapper tout en espérant que ses amis : son dragon, deux mages et un pirate quelque peu douteux vont venir la délivrer, afin de poursuivre la recherche de ce Grimoire. Evidemment, tout ne va pas se passer comme prévu et elle risque d’avoir quelques surprises qui vont lui déplaire.

Je pense que ce petit résumé est suffisamment explicite sans pour autant tout dévoiler de l’histoire. Comme on peut le voir, c’est relativement simple, mais c’est suffisant pour passer un bon moment. J’ai bien aimé l’histoire, comme il s’agit d’un tome 2, on nous remet dans le contexte brièvement, tout en nous présentant quelques personnages afin de savoir à qui on a affaire, avant de les rencontrer « pour de vrai ». C’est un univers intéressant qui mérite d’être davantage développé et de prendre plus d’ampleur. Je trouve ça un peu dommage de ne pas avoir lu le 1er tome, mais apparemment je n’ai pas tant raté que ça en commençant par ce tome, donc ça n’est pas dérangeant. Ça se lit bien quand même.

Au vu de la quatrième de couverture, qui dévoile au passage un extrait du livre (ou presque) on voit déjà le ton donné. C’est décalé, pas du tout sérieux et dans la manière d’écrire ça se ressent. Pour moi, ça n’est pas vraiment de la fantasy, il n’y a que le fait que ce soit dans un monde imaginaire : La Faërie qui permet de l’affirmer, aussi bien dans la manière d’écrire, que les actions, les personnages, on n’y est pas vraiment. Ce livre ressemble à une grosse rigolade, comme ça peut l’être dans les livres de chick-lit, et selon moi, c’est davantage de la chick-lit paranormale (après tout on a des sorciers, des mages, des dragons), sans le côté « fan de chaussures et de mode » (Maïa Luna ne semble pas être porté sur le genre, alors que c’est un des aspects les plus importants de la chick-lit) que l’on peut avoir en général (comme chez Queen Betsy ou L’accro du shopping qui est l’exemple type). En dehors de ça, on retrouve le côté désinvolte dans la narration (notamment quand Maïa Luna prend la parole, vu que c’est écrit à la première personne, même si on le retrouve un peu lorsque l’on rejoint les « sauveurs » de Maïa, ainsi que son geôlier, qui eux sont écrits à la 3e personne.). Donc voilà, déjà il faut resituer ce livre parce que les purs fans de fantasy je pense seront extrêmement déçu par ce livre parce que ça n’est pas ce à quoi ils s’attendent. Sachant par avance que ça allait être un peu décalé, et au vu de la quatrième de couverture, je m’attendais un peu à ça donc ça passe mieux.

La seule chose qui m’a fait grincer des dents c’est au niveau de la mise en page. Là, il y a plusieurs éléments qui m’ont « gêné » peut être pas, j’ai quand même lu, mais ça se remarque et c’est énervant et du coup ça baisse dans la qualité du livre qui après, quand on se base uniquement sur le fond est plutôt bien. Mais ça peut tout gâcher parce que le livre ne semble pas avoir été relu pour retirer tous les petits problèmes et ça, c’est dommage. Les dialogues en retrait et en italique (l’italique dans les dialogues c’est quand les personnages font appels à la télépathie, ou pensent), des sauts de lignes qui ne devraient pas exister (OK, ça aère le texte, mais un saut de ligne, veut dire changement de temps, d’espace ou de personnages) du coup… ce n’était pas très pratique. Après, je dois avouer qu’il y avait quelques fautes d’orthographe, c’est toujours gênant lors d’une lecture, surtout quand ça se remarque bien, sans compter le changement de temps tout au long du livre (un récit au passé, reste au passé tout le temps, comme un récit au présent, mais on ne fait pas d’alternance en permanence, c’est assez énervant et pas du tout cohérent vu que ça se passe dans « le même temps », c’est dans la même chronologie.

Après ça ne remet pas en cause l’écriture de l’auteur en soit parce que c’est assez léger et désinvolte. Des enfants peuvent lire ce livre aisément, c’est simple et fluide (bon après il y a certaines choses qui font que des enfants ne peuvent pas spécialement lire ce livre, mais en retirant les jurons proférés et le chapitre 3 ^^) ça peut le faire. Ça peut rapidement ressembler à un conte pour enfant, même si Maïa Luna dément tout ça en racontant son histoire.

Maïa Luna est un personnage haut en couleur. Elle a un langage familier qui frôle parfois le vulgaire mais ça n’est pas trop dérangeant. Elle nous explique sa captivité, sa mission : retrouver le Grimoire des Anciens, et sans compter ses amis, qui sont quelque peu étranges et eux aussi décalés (c’est le moins qu’on puisse dire, une vraie équipe de bras cassé mais plein de bonne volonté quand même). Tout l’est dans ce livre c’est ce qui fait son charme. On s’attache un peu à elle, mais parfois je me suis demandée pourquoi elle n’utilisait pas ses pouvoirs (après tout elle est sorcière) pour tenter de se libérer toute seule au lieu d’attendre que son – ses princes charmants viennent la délivrer. Mais bon, on se laisse prendre au jeu mais quand on voit l’équipe de choc, on se dit, qu’elle ferait vraiment mieux de se débrouiller toute seule.

En bref, c’est un monde totalement décalé, on le voit assez rapidement, c’est également le cas dans l’écriture que dans la composition des personnages. J’ai passé un bon moment et j’ai bien aimé l’histoire et la façon dont c’était mené. 

Commentaires

  1. Merci Mélisandre pour cette chronique qui permet de mieux voir les "défaillances" techniques. Certaines ont été un choix ;) D'autres sont involontaires. Certes pas connues (ni l'auteure, ni la maison d'éditions) Mais sans avis, sans lecteur, sans découverte... On ne peut pas avancer et progresser. Donc Merci de l'avoir lu, et d'en avoir parlé.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Les âmes perdues de Cassandra O’Donnell (Le Monde Secret de Sombreterre 3)

Itinéraires Bis de Marie-Hélène Marathée

Jack et le bureau secret de James R. Hannibal (Section 13, tome 1)