La quatrième forme de Satan de Pieter Aspe (Une enquête du commissaire Van In 4)

Quatrième de couverture

Qu’arrive-t-il au flic le moins fréquentable de la Belgique, sur le point de devenir père, quand s’abattent sur lui crimes déguisés en suicides, attentat à la sortie de la messe, secte satanique et trafic de drogue ? Rien qui puisse le mettre de bonne humeur… 

Mon avis

Voilà une nouvelle enquête du commissaire Van In qui va se retrouver mêlé à une affaire bien compliquée en lien avec une secte satanique. Une femme a été retrouvée morte, on pense à un suicide, mais de nombreux indices indiquent le contraire et Van In va tout faire pour comprendre ce qui s’est passé, mais une collaboration avec la police sera nécessaire puisqu’ils ont été contacté en premier (mais quand on connaît Van In, on sait que ça ne fait pas bon ménage). Mais en plus de cela, un attentat près d’une église fait d’autres victimes, en bref, c’est un vrai casse-tête pour le commissaire alors qu’il a d’autres choses en tête, comme son bébé à venir. Bref, de quoi le mettre de très bonne humeur.

Cette chronique sera courte, parce qu’il est inutile à un certain point (surtout que j’enchaine pas mal les tomes) de revenir à chaque fois sur ce qui me plaît, puisque c’est souvent la même chose, seule l’histoire change et elles sont toutes aussi intéressantes les unes que les autres.

J’avais hâte de poursuivre les aventures du commissaire et je me suis donc jeter sur la suite (et il faut dire que ça se lit tellement vite, que l’on a toujours envie de prolonger un peu plus longtemps ce moment). Une fois encore, ça a été une superbe lecture. Même si on sait d’emblée le fonctionnement de l’auteur (au bout du 4e tome, on a bien compris sa démarche) je ne trouve pas ça lassant. J’adore poursuivre ses enquêtes, découvrir la vérité, les raisons des meurtres, les mobiles etc. et ça on ne le découvre qu’au fur et à mesure de l’enquête, sans compter qu’il y a toujours à la fin la petite touche mystère qui vient tout chambouler. Mais dans ce tome là, l’auteur a vraiment fait fort et a été loin. Je ne pensais pas qu’il oserait faire ça (pas sympa quand même). L’enquête nous emmène sur les traces de Satan, de certaines croyances, etc. ça change des autres textes, mais très souvent on remarque que de hauts dignitaires peuvent faire partie du cercle (souvent le cas dans la série, souvent de très grandes personnes qui sont concernées et tous les moyens sont bons pour étouffer les affaires ou autre).

L’intrigue est vraiment bien menée, l’auteur sait y faire et j’adore. Je suis totalement conquise par cette série, qui pourtant ne paye pas forcément de mine à côté de d’autres séries du genre je pense, mais je suis quand même accro. J’aime beaucoup les personnages, et c’est ce qui tient toute cette histoire, il ne faut pas l’oublier. Le trio composé par le commissaire Van In, le brigadier Versavel et le procureur Hannelore (et femme de Van In, accessoirement) ne peut que nous enchanter. C’est un groupe qui fonctionne bien (même si d’autres personnages secondaires ont leur importance et que l’on voit relativement souvent), eh bien c’est le trio qui l’emporte et qui me plaît. J’ai toujours envie de savoir ce qui va leur arriver, comment ils vont démêler les enquêtes. Même si elles prennent toute la place de l’histoire, il y a tout de même le côté, « quotidien » qui revient, quand on voit le couple ensemble (même si l’enquête revient dans leur réflexion) et j’aime bien cet aspect là. Ça permet de faire des petites pauses, de voir les joutes entre Van In et Versavel (ils passent leur temps à boire c’est incroyable). On a les disputes, les problèmes de couple, qui nous ancrent dans une réalité qui fait qu’on y croit. Ça n’est pas que des enquêtes, c’est en partie la vie d’un commissaire, donc c’est pas mal.

En bref, voilà un autre tome vraiment superbe, j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire et à poursuivre la petite vie (plus vraiment tranquille) de Van In et sa femme Hannelore, sans compter Versavel qui est toujours là pour payer les pots casser et remonter le moral de son ami quand les coups durs arrivent (et vice versa quand il y a besoin). Une très bonne série selon moi qui mérite vraiment d’être lu (bien sûr, il faut aimer les polars).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

En équilibre d'Anne Plichota et Cendrine Wolf (Les 5/5, tome 1)