Peter Pan de James Matthew Barrie

Quatrième de couverture

C'était un vendredi soir, M. et Mme Darling dînaient chez des amis et la nurse Nana, une chienne terre-neuve, était attachée dans la cour. La voie était donc libre pour que Peter Pan, le garçon qui refusait de grandir, vienne rechercher son ombre et entraîne Wendy, Michael et John vers le Pays de Nulle Part, une île enchantée habitée par des Peaux-Rouges, des fées et des pirates commandés par le sinistre capitaine Crochet. Celui-ci ne cherche qu'à se venger de Peter Pan... et à échapper au crocodile qui a déjà dévoré sa main droite !

Mon avis

Dans cette chronique il est évident que je vais faire un comparatif avec le dessin animé (Disney) du même nom, même si la plupart du temps je parlerai du livre. Mais bon, ne connaissant l’histoire que via ce dessin animé, je suis obligée d’en parler et de montrer les différences, parce que mine de rien il y en a pas mal.

Si j’ai lu ce livre c’est parce que je dois l’étudier en cours de littérature jeunesse, donc ça n’est pas un choix, mais bon ça n’est pas une torture de lire un livre pareil – loin de là – et que je suis contente d’avoir eu cette opportunité pour découvrir la vraie histoire de Peter Pan.

Le début diffère légèrement du dessin animé parce qu’on nous présente la famille Darling, les parents puis peu à peu les enfants d’avant d’aborder Nana, la nurse. Ce qui ressort (et diffère par rapport au Disney) c’est que les parents ont plus d’importance surtout la mère, comme la chienne nana qui est vraiment une garde d’enfants, au même titre qu’un être humain (limite un moment elle « parle » ou du moins on a ses pensées comme si c’était vraiment un humain, ce qui m’a surprise, je l’avoue.

Après on apprend que les mères surveillent souvent les rêves des enfants et que c’est comme ça que Mme Darling a eu la connaissance de Peter Pan, dans ceux de ses enfants, avant que celui-ci n’arrive dans la chambre d’enfant en chair et en os, et qui après tout un raffut est repartie mais non sans avoir laissé entre les dents de Nana son ombre (ça vous dit quelque chose ?). Ainsi un peu plus tard, alors que les parents se préparent et partent pour une soirée, Peter Pan retourne avec Tinn-Tamm (la fée Clochette quoi, ça surprend hein ?) pour récupérer son ombre. Ensuite l’histoire reste assez similaire au dessin animé, Peter finit par entrainer les enfants : Wendy, John et Michael (je pense que dans le Disney le tout a été traduit puisque je connaissais Jean et Michel) au Pays de Nulle Part (le Pays Imaginaire, on est d’accord, ça fait plus classe). Et là, il va arriver tout un tas d’aventure à nos personnages.

L’écriture est vraiment agréable à lire et le livre étant assez court, agrémentés de temps à autre d’illustrations, comme dans tout livre pour enfant. Le livre m’a fait une petite soirée donc ça prouve à quel point ça se lit bien et vite. La narration est étonnante car c’est écrit à la 3e personne mais le narrateur semble être une personne qui raconte vraiment l’histoire et qui surtout, s’adresse à un public car il lui demande d’intervenir (en faisant quelque chose) ou bien en faisant des remarques par-ci, par-là ce qui donne un certain rythme à l’histoire et la rend plus intéressante et captivante, comme si on avait un conteur devant nous.

Dans la trame de l’histoire, il y a beaucoup de choses similaires au dessin animé, on retrouve quelque partie par-ci par là, donc ça fait sourire parce que je vois parfaitement le Disney se dérouler devant mes yeux et de l’autre c’est très différent, il y a des scènes en moins, le cœur de l’histoire diffère, même si effectivement Peter cherche une maman pour lui et les garçons perdus (qui n’ont d’ailleurs pas les mêmes noms que dans le Disney mais passons). C’était une histoire intéressante à lire parce que c’est techniquement « la vraie » quand même donc c’est bien d’en voir les sources (et aussi de voir à quel point Disney en a fait une version plus édulcorée quand même).

Pour un livre jeunesse la violence est quand même très présente car les personnages tuent et n’hésite pas à dire qu’ils vont tuer des gens (pour bien connaître le dessin animé j’ai été « choquée » un peu fort comme terme), mais ça fait bizarre de voir, par exemple, comment les enfants perdus accueillent Wendy. Ça reste similaire dans le fond par rapport au dessin animé (ils lui jettent des cailloux et toute sorte de choses, si bien qu’elle tombe etc. dans le livre, c’est bien plus grave et plus violent que ça, et l’idée vient toujours de Tinn-Tamm (ou Clochette si vous préférez).

Mais la grande différence entre le dessin animé et le livre ce sont les personnages et surtout Peter Pan. Je l’ai trouvé détestable et arrogant alors qu’il n’est qu’un petit garçon (d’après les illustrations il n’a même pas 10 ans, dans le Disney il fait plus âgé). Pour le coup dans le livre on voit vraiment son refus de grandir et il déteste les adultes (et en particulier sa mère, ce qui n’apparaît pas dans le Disney et il paraît beaucoup plus gentil). Quant à Wendy, elle paraît beaucoup plus mature par rapport à son âge (dans le dessin animé je lui donnerai 12 ans) dans le livre et au vu des illustrations, elle a 8/9 à peine) et elle fait bien plus mature, prend un rôle qui n’est pas le sien et c’est même elle qui finit par vouloir rentrer chez elle.

Quant à la fin, elle m’a bien surprise car elle est vraiment différente de la version Disney et elle nous permet aussi de voir plus de choses, comme de voir Peter Pan sous un autre jour encore. C’était une « belle fin » qui rend l’histoire plus touchante (après toute la violence dont on a été témoin) et j’avoue que le dernier chapitre nous fait changer un peu d’opinion sur lui et donne à l’histoire une autre dimension.

Un livre très étrange et assez différent de la version Disney que l’on peut connaître, néanmoins j’ai passé un bon moment, c’était une lecture agréable et sympathique. Et puis ça fait toujours du bien de voir un « conte » dans son origine alors je pense que ça mérite d’être lu, rien que pour savoir ce qu’il en est réellement (de même avec les contes de Perrault VS les Disney qui ont été adapté dessus).

Commentaires

  1. J'avais adoré cette lecture et je me rappelle surtout d'une Clochette extrêmement désagréable et possessive contrairement à celle du dessin animé (^-^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dans le dessin animé aussi elle l'est, elle est très jalouse et pas très sympa avec Wendy mais c'est plus violent oui dans le livre

      Supprimer
  2. Je l'ai lu il y a deux trois ans et j'avais aussi été très surprise des différences avec le dessin animé. Mais bon, Disney c'est bien connu pour s'être seulement très largement inspiré des oeuvres originales !
    Néanmoins, tout comme toi, j'avais passé un bon moment de lecture et si je devais le relire ce serait avec plaisir !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Effroyable porcelaine de Vincent Tassy

Les larmes de l'araignée de Pascaline Nolot