Le Voleur de regards de Sebastian Fitzek (Alexander Zorbach 1)

Quatrième de couverture

Quand un tueur en série...

Celui que les médias berlinois ont surnommé le Voleur de regards vient une nouvelle fois de frapper. Comme à son habitude, il a tué une femme avant d'enlever son enfant. Dans la main de sa victime : un chronomètre qui a commencé à égrener les secondes...

Mais cette fois, on a également retrouvé le portefeuille d'Alexander Zorbach sur la scène de crime. Ancien flic devenu journaliste, celui-ci est alors pris dans l'engrenage du jeu machiavélique auquel se livre le Voleur de regards.

Se livre à un jeu pervers avec ses victimes.

Zorbach sait qu'il dispose de 45 heures et 7 minutes, pas une de plus, pour découvrir l'endroit où l'enfant est retenu prisonnier - et ainsi prouver son innocence. Passé ce délai, il sera trop tard. On ne trouvera qu'un cadavre. Le compte à rebours est lancé...

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions L’Archipel de m’avoir permis de lire ce livre. J’avais eu un gros coup de cœur pour Le briseur d’âmes et je m’étais dit qu’il fallait que je lise d’autres livres de l’auteur, donc quand j’ai vu que Le voleur de regards allait sortir, je me suis jetée dessus et j’ai eu raison, voilà un 2e coup de cœur et une autre raison pour lire d’autres livres.

Je ne ferai pas de résumé, la 4e de couverture expliquant bien les faits et si j’en dis plus, je risquerai de spoiler ce qui n’a aucun intérêt et ce livre mérite vraiment à être lu et moins on en sait, plus le suspense est intense et vous verrez à quel point cet auteur est brillant… Dès qu’on se rend compte de la mesure de l’histoire, de ces implications et conséquences… là on ne peut qu’adhérer et vouloir lire un autre livre de l’auteur (si si je vous assure !).

Dès les premières pages le ton est donné, ça donne froid dans le dos, ça intrigue et ça donne envie de lire et une fois le pied dedans, impossible d’en ressortir avant d’avoir le fin mot. J’ai dévoré ce livre en très peu de temps, ça n’est pas pour rien, Sebastian Fitzek a un talent certain. L’écriture est vraiment agréable à lire, très fluide et dès les premières pages on le suit dans cette folle aventure (c’est peu dire…). C’est un thriller, donc on sait un peu à quoi s’attendre niveau émotion / ressenti et surtout stress. J’avoue, j’avais souvent le cœur serré et si j’ai dévoré ce livre c’était en quelque sorte pour m’assurer que ça finirait bien pour ce gosse… dans les thrillers on n’en est jamais sûr…

Ici l’auteur met une fois encore la barre très haute (d’où le fait que je dise que c’est un grand malade…) car le côté haletant du livre vient évidemment de son sujet : on a 45 heures et 7 minutes pour retrouver Tobias, le dernier enfant enlevé par ce Voleur de regards, mais pas uniquement… En ouvrant ce livre on remarque une chose étrange : sa mise en page du livre qui, au début m’a surprise, mais s’explique parfaitement, elle est faite tel un compte à rebours (vous verrez en quoi en découvrant ce livre) et du coup ça rend ce livre encore plus haletant et stressant qu’il ne l’est car on a parfaitement conscience qu’il est primordiale que le héros retrouve ce garçon.

Cet auteur est un grand malade, sérieusement… mais je l’adore, ça c’est fait c’est dit, je suis fan. A chaque fois, on pense que l’histoire est simple, cousu de fil blanc, bien qu’ici ça soit un peu plus compliqué quand même, on pense tout savoir et pourtant on ne sait rien, pauvre petit lecteur naïf que nous sommes… Sebastian Fitzek arrive à nous berner, à nous mener en bateau, à nous faire douter tout le long du livre pour qu’au final on ne sait plus que penser. Et lorsque les révélations arrivent, c’est l’étonnement, la surprise totale, la stupéfaction. J’étais loin de m’imaginer de l’identité de ce Voleur de regards qui ne cessent de nous narguer, donc c’était très bien trouvé de la part de l’auteur. Une histoire absolument géniale, avec une intrigue très bien menée, et on voit qu’il maîtrise parfaitement son texte, le scénario pensé dès le départ avec de nombreuses embûches sur le chemin.

Et quand on voit la fin, on a juste envie d’étriper l’auteur… non, je ne suis absolument pas violente envers les auteurs qui sont sadiques envers leur lecture en nous offrant pareil lecture et fin… Un peu plus sérieusement, ce livre est une bombe, une histoire absolument géniale qu’il faut découvrir et au-delà de ça, c’est l’auteur qu’il faut surveiller de près.

La narration est double, une à la première personne (Alexander Zorbach, le héros du livre) et une à la troisième personne qui nous permet de suivre différents personnages de l’enquête, ce qui nous permet de voir cette histoire sous un autre jour et qui nous met sans cesse le doute… Souvent ce type de narration est un peu risqué, pas maîtrisé où l’on peut facilement s’embrouiller et aussi n’avoir aucun intérêt et avantage pour l’histoire. Là bien au contraire, Sebastian Fitzek sait parfaitement s’en servir et rend son livre trois fois plus intriguant, haletant et génial. J’ai beaucoup aimé passer d’un point de vue à l’autre, même si à cause de ça on est frustré parce que ça coupe toujours à un mauvais moment, où l’on aurait justement aimé en savoir plus suite à un début de révélation. Bref, de quoi rendre l’histoire encore plus intéressante mais ça reste énervant quand on se fait couper l’herbe sous le pied de cette manière (je suis bien contente de lire très vite).

Les personnages sont absolument géniaux, très intéressants et contribuent à nous mettre le doute… Il y a beaucoup de mystères autour de la plupart d’entre eux et c’est pour ça que l’auteur arrive à nous rendre totalement paranoïaque et à ne plus croire en rien. Alexander Zorbach, cet ex-flic devenu journaliste sur les fais divers (crimes) est très attachant. On voit qu’il a des problèmes suite à un incident survenu alors qu’il était flic et que ça lui pèse toujours. Tout comme lui on aimerait comprendre ce qui se passe mais les indices sont moindres et parfois douteux aussi, on ne sait pas quoi en penser. Alina aussi est très surprenante, cette femme aveugle qui va finir par s’allier à Alexander.

En bref, j’ai tout simplement adoré ce livre, un vrai coup de cœur car il a tout pour lui, le suspense, l’histoire qui tient la route, qui est haletante et pleine de surprises, des personnages attachants et intéressants qui contribuent à nous mettre sans cesse le doute. Plein d’éléments qui font que ce livre est génial et qu’il faut absolument le lire, je ne peux que vous le conseiller !


Commentaires

  1. Tu m'a juste donné encore plus envie de le lire !! Merci beaucoup pour cette chronique que j'attendais avec impatience :D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

TOP spécial Noël 2017 ! [PARTIE 2]

Skiddy, mon ami imaginaire de Katherine Applegate

Georges et le Big Bang de Stephen et Lucy Hawking (Georges 3)

TOP spécial Noël 2017 ! [PARTIE 1]

TOP spécial Noël 2017 ! [PARTIE 4]