Nobody de Dan Wells (John Wayne Cleaver 3)

Quatrième de couverture

Si l’envie vous prend de jouer au chat et à la souris avec un serial killer, dites-vous bien que vous serez toujours la souris. L’avertissement, qui vaut pour tout le monde, ne semble avoir aucune prise sur John Wayne Cleaver. Obsédé par les tueurs en série, celui-ci n’a en effet aucun scrupule à entrer dans le jeu.
Il faut dire que John a un atout de taille dans sa manche : des pulsions homicides incontrôlables. Il lui arrive en effet à lui aussi, de temps à autre, de se transformer en monstre assoiffé de sang. Aussi a-t-il décidé de s’attaquer aux éléments les plus meurtriers de la société plutôt que de s’en prendre à d’innocentes victimes. Cette fois, le serial killer qu’il a choisi de défier en l’attirant dans sa petite ville tranquille de Clayton se nomme Nobody. Après quelques interminables semaines d’attente, des meurtres commencent enfin à ensanglanter Clayton. Nobody est bel et bien là. Et la partie peut commencer.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Sonatine de m’avoir permis de lire ce livre et découvrir la suite  et fin des aventures de John Wayne Cleaver.

Cette chronique sera un peu particulière, une sorte d’hommage, d’ode à cette merveilleuse trilogie qui est désormais terminée. Alors je m’excuse d’avance pour la longueur de cette chronique, mais en fait, je ne peux pas faire autrement. Comme si vous ne l’aviez pas déjà compris, ce 3e tome est un gros coup de cœur et ça aura été le cas pour chacun des tomes et ça va être difficile pour moi de m’en remettre, cette série va rester encore quelques temps dans ma tête tellement c’est génial.

Dès le premier tome j’ai été sous le charme de cette histoire et j’étais toujours impatiente de lire la suite parce que l’auteur est un génie qui m’a rendu totalement accro. Alors quand le livre est arrivé chez moi, il a été difficile de le laisser « en attente » très longtemps, je n’ai pas pu m’empêcher de le commencer et là… le livre n’a fait qu’une journée tant je l’ai dévoré tout en essayant de le faire durer un petit peu, histoire de dire qu’il ne m’échappera pas, que John reste encore un peu auprès de moi…

Je n’avais aucune envie de quitter cet univers, ces histoires, ce personnage mais toutes les bonnes choses ont une fin, il faut bien dire adieu à un moment ou à un autre. Mais je l’avoue, c’est difficile, et cette série va rester encore quelques temps dans ma mémoire. C’était une série fétiche à laquelle je suis très attachée. A chaque fois que j’avais un nouveau tome en main, on aurait cru une gamine avec un nouveau jouet, raison pour laquelle je l’ai presque lu dès réception, malgré tout ce que j’avais à lire. Je retrouve avec un réel plaisir cet univers, cette atmosphère et ambiance particulière que j’ai aimée dès les premiers instants.

L’idée de base, que l’on a donc pu découvrir dans le premier tome, était absolument géniale et à travers la trilogie, et donc ce dernier tome, ça n’a fait que prendre de l’ampleur, prouvant à quel point Dan Wells a du talent. Il y a de la légèreté tout en ayant des côtés plus sombres, des moments plus durs et glauques aussi. Lorsque John fait des blagues, c’est souvent glauque, mais c’est tellement lui qu’on en sourit ! Lorsqu’il parle à sa sœur un moment de ses « blagues nécrophiles » (oui l’expression telle qu’elle) c’est glauque et ça déplait à sa sœur, mais en même temps ça le caractérise tellement… Je l’adore cet adolescent ! (J’ai la sensation de ne pas être nette en disant ça, c’est quand même un sociopathe, mais il est tellement attachant !).

Le personnage de John Wayne Cleaver est juste excellent, je l’ai aimé dès les premiers instants et à mesure de l’histoire, des tomes, ce sentiment s’est développé. Malgré ce qu’il est, il n’en reste pas moins un sociopathe, on ne peut que s’attacher à lui, à l’aimer et apprécier sa force et son courage et lorsqu’on termine cette trilogie… C’est à la fois avec joie et tristesse étant donné les épreuves endurées. Quant aux personnages secondaires… ils ont une telle présence, je ne nommerai personne pour ne pas influencer, donner des pistes, mais voilà, ils ont une vraie âme, ils existent et j’avoue qu’avec la fin, oui j’en reviens à ça, mais en même temps…

Les actions menées, les réflexions, les descriptions des sentiments des actions de John paraissent vrai, on s’y croirait, on vit les choses avec lui. Et dès les premières pages, je me suis retrouvée dans sa tête, à ses côtés, avide de savoir comment tout ça allait se terminer étant donné les événements. Son appel à Nobody allait forcément le mener à quelque chose, mais il était loin de se douter de tout ce que cela allait engendrer… Le pire dans tout ça, c’est qu’on ne sait jamais quel chemin l’histoire prendra. On ne peut pas se douter, les probabilités sont telles que rien n’est moins sûr. Il se passe toujours des événements, des éléments s’ajoutent à mesure, si bien qu’on passe d’un « coupable » à l’autre, sans vraiment savoir. En même temps que John, on cherche Nobody… et ça va être beaucoup plus difficile que prévu…

Et cette fin… Mon dieu cette fin je ne vais pas m’en remettre, c’est presque si je ne me suis pas mise à pleurer en voyant ce qu’il a osé faire… C’est juste affreux, magique et géniale à la fois… En y réfléchissant bien, ça ne pouvait pas se terminer autrement, et dans tous les cas… mais là l’auteur a fait très fort, il a osé et… Il faut le lire pour le comprendre, il faut avoir adoré cette série autant que moi pour comprendre à quel point cette fin est juste énorme et pourtant tellement juste… C’est juste grandiose, à la hauteur de mes espérances et des premiers volumes, il n’aurait pas pu trouver meilleure fin. J’ai eu le cœur serré, presque les larmes aux yeux, l’auteur a tenté de m’achever à ce moment-là.

Bref, je vais m’arrêter là parce que je pourrais en parler encore pendant des heures de ce livre, de cette trilogie qui m’aura transporté , fait ressentir toute sorte de choses et surtout apprécier un sociopathe (sincèrement, je vais commencer à craindre pour ma santé mentale). Mais voilà John est unique en son genre et son histoire est juste géniale, j’ai adoré. Et puis quand on voit le final… c’est juste parfait. Je verrai bien une suite, mais je pense que ça pourrait gâcher l’ensemble, mieux vaut s’en tenir là.

Pour faire court, c’est une trilogie qu’il faut lire surtout si on aime les bons thrillers qui peuvent vous surprendre, notamment dans la tournure des événements. Une série que je conseille fortement parce que ça en vaut vraiment la peine. Elle est juste superbe, l’auteur est un grand taré, mais du genre qu’on aime parce qu’il a un talent. Un auteur que je vais désormais suivre de très près parce que si chacune de ses séries sont aussi bien que celles-là, j’y vais les yeux fermés.


Commentaires

  1. Wahou, je ne pensais pas rencontrer quelqu'un dans ce monde qui était aussi attacher à John que moi! (Sans trouver ça bizarre du moins) Merci pour cette critique qui a mis des mots sur ce que j'ai ressenti tout au long de cette série absolument formidable, et cette fin, où (oui je l'avoue), j'ai versé mes larmes ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah John c'est mon namoureux secret même s'il est un brin sociopathe ^^

      rah la fin est terrible, je ne m'en remets pas...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

TOP spécial Noël 2017 ! [PARTIE 2]

Skiddy, mon ami imaginaire de Katherine Applegate

TOP spécial Noël 2017 ! [PARTIE 1]

Georges et le Big Bang de Stephen et Lucy Hawking (Georges 3)

TOP spécial Noël 2017 ! [PARTIE 4]