La morgue me va si bien de Linda Widad


Quatrième de couverture

Vous aimez les séries télévisées telles que Six Feet Under ou Dead Like Me ? Les enquêtes policières de Kay Scarpetta ? L’'univers funéraire vous attire, vous fascine et vous répulse à la fois ? Alors suivez l’'auteur dans ses aventures au cœur de la morgue. Ses différentes rencontres avec des corps froids lui vaudront des péripéties parfois drôles, parfois tristes... Comme la vie, la mort a aussi ses hauts et ses bas.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur Linda Widad de m’avoir permis de lire son livre que j’ai adoré. Moi qui ne suis pas friande des témoignages (j’ai eu ma dose l’année dernière avec ceux des génocides, camps de concentration, etc.) parce que bien souvent je trouve ça glauque et horrible à lire. Là, ça a été un vrai plaisir et je ne regrette en rien ma lecture, pire que ça, je vous le conseille même car il est très touchant et beau à lire.

Linda Widad nous offre ici un très beau témoignage sur le métier de thanatopracteur. Thanatopracteur un mot assez barbare pour désigner la profession de « croque-mort », « embaumeur », ceux qui sont chargées de prendre soin des corps des morts, de les rendre présentable avant de les présenter aux familles avant les funérailles, etc. C’est un métier difficile, très dur et sincèrement je tire un chapeau aux personnes dont c’est le métier. Il faut pouvoir affronter la mort de cette manière, de vivre avec, et cela afin de donner un peu de dignité aux défunts et aussi en quelque sorte à la famille, pour avoir la sensation que la personne est juste en train de dormir et qu’elle est en paix.

Ce témoignage, vraiment touchant, nous offre l’expérience de l’auteur dans ce métier si étrange et qui peut déranger. J’ai beaucoup aimé la manière dont elle la racontée car j’ai davantage eu la sensation de lire une fiction, certes écrite à la première personne, mais une fiction quand même. Ça n’était pas une autobiographie « stricte » dans le sens où l’on raconte juste les faits, tel un documentaire au final et ça n’en était pas un non plus sur le site. Ça n’a pas ce côté impersonnel dû à ces formats, avec tout un jargon compliqué, scientifique, etc. Loin de là, d’où le fait que je parle de fiction. Tout paraît simple, clair et accessible.

Cela nous permet de mieux appréhender ce métier et de partager aussi le sentiment de cette narratrice / auteure sur cette activité. Après tout c’est son expérience, sa vie qu’elle nous partage, il ne faut pas l’oublier (ça n’est pas pour rien que ce texte est dans la collection « Témoignage » de l’éditeur). Linda Widad nous explique à la fois son apprentissage en tant qu’apprenti thanatopracteur, en décrivant à chaque fois ce qu’elle fait sur les différents corps qu’elle s’occupe parfois en équipe avec David, et mais également la manière dont elle a réussi à entrer dans la formation, ses aspirations par rapport à ce métier. La raison qui l’a poussé à la faire, etc.

Le témoignage est donc « découpé » en deux temps et cela se fait à travers les chapitres, un coup sur le présent, un coup sur le passé (pour dire simplement les choses). J’ai bien apprécié cette manière de faire parce que ça permettait de donner du rythme au récit et de donner envie aussi de continuer à lire. Ça m’a vraiment intéressé de savoir comment elle en est arrivée là, pourquoi elle a voulu faire ça et quand on lit la biographie de l’auteur de voir pourquoi elle a arrêté cette activité. Les pages ont défilé avec facilité et j’ai lu ce livre en quelques heures tant j’étais captivée. Je connaissais quelques éléments du métier, notamment avec ma lecture de Je ne suis pas un serial killer de Dan Wells dont la mère et la tante du héros sont thanatopracteurs, mais ici je l’ai revu d’une autre manière et c’était vraiment très intéressant.

Linda Widad a vraiment les mots et la manière pour raconter son expérience. Son écriture est vraiment touchante et très belle. Etant donné le sujet, ça pourrait très vite être glauque, tomber dans l’horreur, etc. et pourtant ça n’est pas le cas. A aucun moment je n’ai été dégoutée de ce que je lisais et pourtant il y a des scènes qui pourrait soulever le cœur (c’est en ça que je respecte ces gens parce que ça ne doit vraiment pas être facile, de même pour les légistes, qui sont un peu abordés dans ce témoignage). La mort est crade, moche et ces gens sont là pour la rendre plus belle et plus humaine.

En bref, j’ai vraiment adoré ce témoignage qui est à la fois touchant et magnifique, tout en nous permettant de mieux connaître ce métier si difficile. Linda Widad a vraiment un talent pour l’écriture et j’ai trouvé très intéressant qu’elle nous partage son expérience à travers ce livre. Une très belle et bonne lecture que je conseille !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

En équilibre d'Anne Plichota et Cendrine Wolf (Les 5/5, tome 1)