Cesare Vol.4 de Fuyumi Soryo

Quatrième de couverture

Angelo, qui s’est vu confier la supervision du chantier de la manufacture, promet innocemment à Cesare de lui rapporter tout ce qui touchera à l’avancée des travaux. Ayant eu vent de ce pacte, Miguel conseille au jeune Florentin de ne pas accorder aveuglément sa confiance à son camarade espagnol.
C’est alors qu’un autre personnage approche Cesare : Niccolò Machiavel, agent à la solde de Lorenzo de Médicis. Lorsque l’espion lui confie que l’état de santé de son employeur est des plus préoccupants, le jeune Borgia prend conscience de la nécessité de réconcilier les Médicis et Raffaele Riario avant que Florence ne montre des signes de faiblesse. Tout en prenant soin de s’assurer de l’identité de tous les membres de la Fiorentina, il met en place un nouveau plan…

Mon avis

Dès le début de ce volume, nous faisons la connaissance de Lucrezia, la jeune sœur de Cesare, qui apparaît dans le passé, durant son enfance, plutôt que de nos jours. Elle n’a pas encore de rôle dans les événements présents, néanmoins, cela permet de poser le personnage qui aura une grande importance par la suite (oui, je me suis quand même un minimum renseigné sur les Borgia entre temps).

Le chantier avance mais Angelo surprend un groupe qui tente d’y mettre le feu. Mais qui ? et pourquoi ? Tout porte à croire que ce sont les Dominicains. Une affaire bien obscure dont Cesare va devoir surveiller pour que rien ne vienne contrecarrer ses plans. Puis, avec l’état de santé de Lorenzo de Médicis, Cesare doit de nouveau composer pour que des alliances se fassent. Les événements qui se déroulent dans ce 4e tome sont vraiment intéressants, car la politique prend encore un peu plus d’ampleur. Ça nous permet encore et toujours de mieux comprendre ce qui se passe, ce que Cesare cherche à faire.

Angelo commence à mieux cerner Cesare et va de désillusion en désillusion car il comprend qu’il est fin calculateur et ne fait pas quelque chose sans raison. Quant à Giovanni, son « Excellence », il m’agace prodigieusement, il ne cesse de pleurer sur son sort plutôt qu’autre chose, petite nature, il est insupportable, mais il faut bien composer avec lui parce qu’il est important et va servir à Cesare. Mais il m’énerve, je me devais de le mentionner au moins une fois.

Comme je l’avais dit dans le précédent volume, il y a parfois des petites touches d’humour (bien grand mot, à défaut d’un autre terme) et là, j’ai trouvé la scène à la fête assez cocasse. C’était amusant de voir la relation entre Angelo et Cesare s’inverser. Ça égaye un peu l’histoire, détend pendant quelques instants l’atmosphère, ou l’échauffe, tout dépend du point de vue. Pour ne pas déroger à la règle, nous laisse sur notre faim et je suis très curieuse de voir ce qui va se passer ensuite parce que tout ça ne me dit rien qui vaille…

En bref, une série addictive, qui est vraiment intéressante. Fuyumi Soryo sait ménager son suspense et ce découpage par épisode, dû au format manga même est pénible parce qu’il faut attendre les suites (et moi, trop bête pour ne pas avoir tout pris en même temps, j’aurai dû). Il me tarde de savoir la suite parce que là, ça promet un peu d’action et des problèmes, donc suite au prochain épisode !

Commentaires

  1. bonjour Melisande,
    j'aime les mangas; bien que je soit difficile...
    Cette série a l'air superbe et le dessin semble vraiment beau...
    en plus j'aime les mangas "historique"...
    Es-ce que tu sais par hazard si cette série est terminée ou encore en cours ?
    ainsi que combien de tomes elle compte ?
    merci...(^-^)
    Bonne lecture et à bientôt...
    Louve Solitaire (^-^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la série est encore en cours je crois et non, je ne sais pas combien de tomes il y aura

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Meilleures ennemies de Ruth Fitzgerald (Les petits malheurs d'Emily Sparkes 1)

PALM n°76 [JUIN 2017]