Le Royaume des rêves de B.F. Parry (Oniria 1)

Quatrième de couverture


Eliott, 12 ans, est un garçon en apparence comme tous les autres. Jusqu’au jour où il découvre un sablier magique qui lui permet de voyager dans un monde aussi merveilleux que dangereux : Oniria, le monde des rêves. Un monde où prennent vie les milliards de personnages, d’univers, et toutes les choses les plus folles et les plus effrayantes rêvées chaque nuit par les êtres humains. Collégien ordinaire le jour, Eliott devient la nuit, parmi les rêves et les cauchemars qui peuplent Oniria, un puissant Créateur, qui peut faire apparaître tout ce qu’il souhaite par le simple et immense pouvoir de son imagination. En explorant Oniria pour sauver son père, plongé depuis plusieurs mois dans un mystérieux sommeil, Eliott est finalement confronté à son extraordinaire destin. Car Eliott est l’ « Envoyé » : il doit sauver le Royaume des rêves, menacé par la sanglante révolution des cauchemars.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Hachette de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié. je suis assez loin du coup de cœur mais cela reste une histoire sympathique à suivre qui pourra plaire aux plus jeunes.

Eliott est un jeune garçon comme les autres dont la grand-mère lui raconte depuis sa plus tendre enfance des histoires à propos d’Oniria, le monde des rêves Jusque là, il pensait que tout ça n’était que des histoires, des aventures imaginées par elle et non pas une réalité. Quand, à ses 12 ans, son père tombe dans un coma profond, sa grand-mère est convaincue que ce mal est dû à Oniria, quelqu’un qui abuserait sans cesse du sable d’un Marchand de Sable pour prolonger son sommeil. Elle confie alors la tâche à Eliott de se rendre à Oniria, au moyen d’un sablier magique, et tenter de rencontrer le Marchand de Sable pour aider à sauver son père… Mais des embûches vont être semés sur son passage et rendre sa tâche difficile…

L’histoire est plutôt simple mais efficace, je trouve. On s’attend à pas mal de choses, les révélations n’en ont pas totalement été pour moi puisque je pensais bien que ça allait se passer ainsi. Mais cela fonctionne quand même. L’intrigue est bonne et bien menée, c’est un bon livre jeunesse qui pourra plaire. J’ai passé plutôt un bon moment en compagnie d’Eliott, à qui il arrive plein de choses. Il attire les ennuis qui ne cessent de s’enchaîner mais il tente de trouver des solutions. Grâce à l’aide d’alliés, il en faut toujours, il va pouvoir avancer et tenter de découvrir un moyen pour sauver son père.

Au niveau de l’action, on a ce qu’il faut de sorte à ne pas s’ennuyer un seul instant, c’est assez rythmé et le va-et-vient entre la réalité et Oniria, le monde des rêves, est plutôt bien fait. Ce n’est pas trop redondant tous ces voyages bien au contraire car à chaque fois il apprend quelque chose de plus sur cet univers particulier, qui va lui permettre d’avancer.

L’univers est intéressant et assez prometteur. Je vais davantage m’attarder sur Oniria qui est totalement imaginé par l’auteur, que la partie réalité qui reste classique en soi, rien de spécial à dire dessus (sauf que Londres est tout sauf ennuyeux mais on peut comprendre le point de vue d’Eliott étant donné les circonstances). Quant à Oniria, on entrevoit ici déjà beaucoup de choses même si, j’en suis sûre, l’auteur a plus d’un tour dans son sac et a encore des éléments à nous révéler, mais il y a un bon potentiel qui mérite à être développé. C’est assez riche pour un premier tome et ça m’a donné envie d’en découvrir plus.

Eliott est un jeune garçon de 12 ans, déterminé à sauver son père, quoi qu’il en coûte. Il ne peut pas se résoudre à le laisser ainsi, d’autant qu’il a déjà perdu sa mère et que sa belle-mère n’est pas des plus agréables. Il est sympathique et attachant, de sorte qu’on peut aisément s’identifier à lui et vivre en même temps ses aventures. On ne peut que comprendre son acharnement à vouloir sauver à tout prix son père, ce qui va le mettre aux devant de danger insoupçonnés.

Quant aux autres personnages, ils sont plutôt intéressants, je retiendrai essentiellement Farjo qui est assez amusant, il en faut toujours un pour détendre l’atmosphère, etc. et Katsia, la jeune aventureuse qui n’a peur de rien et est aussi prête à tout. Deux alliés qui vont beaucoup aider Eliott dans son entreprise.

En bref, un premier tome prometteur qui est assez classique et simple, on s’attend à pas mal d’éléments mais j’ai quand même passé un bon moment. J’avais envie d’en savoir plus sur cet univers et les personnages et il faut avouer que la fin est un peu frustrante, donc je lirai la suite avec plaisir pour voir où cela va nous emmener.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

En équilibre d'Anne Plichota et Cendrine Wolf (Les 5/5, tome 1)