Quai d'Orsay : Chroniques diplomatiques de Christophe Blain

Quatrième de couverture

Le jeune Arthur Vlaminck est embauché en tant que chargé du langage par le ministre des Affaires étrangères Alexandre Taillard de Worms. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il se faire une place entre le directeur du cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d'Orsay où le stress, l'ambition et les coups fourrés ne sont pas rares...

Mon avis


Voici le premier tome de la série Quai d’Orsay qui je dois dire m’a beaucoup plu/ devant me faire une culture en BD, j’ai commencé par le fameux Quai d’Orsay qui a eu un prix Angoulême. S’il a été primé, ce n’est évidemment pas pour rien, donc je vous conseille vivement cette BD qui vous fera sourire et d’un autre côté déprimer.

Il s’agit d’une satire / critique du gouvernement français et je pense qu’il y a une grande part de vérité là dedans ce qui fait vraiment peur… Le Ministre m’a énervé à bien des égards. Un tel patron je pense que je fais une crise de nerfs, un ulcère ou bien je finirai par me fâcher avec les mauvaises conséquences qui en découleraient. C’est juste affreux et il mériterait des claques et de voir la nonchalance de la plupart des gens, comme si c’était normal est révoltant… mais terriblement vrai. Quand des gens de pouvoir disent des choses, on s’y plie, même si cela n’a aucun sens…

C’est ce que va subir Arthur Vlaminck récemment embauché aux Ministères des Affaires comme chargé du langage, c'est-à-dire qu’il doit écrire les discours du ministre mais pour cela il faut déjà dans un premier temps comprendre ce qu’il doit, mais aussi faire face aux autres membres du ministère où les coups fourrés sont légions.

Je ne suis pas spécialement fan du dessin, ce n’est pas ce que je préfère, mais je dois dire que cela correspond bien à la BD. Ce sont des traits assez durs, secs, qui montrent bien la nervosité des personnages, du lieu, de la fonction. Je le trouve parfait pour ce type de BD et ces personnages.

Le personnage du Ministre en impose. La manière dont il est présenté, avec ses larges épaules à telle point qu’elle dépasserait presque sa tête, formant un « M ». Il remplit à lui tout seul les vignettes d’une planche, et, bien que ce soit figé (c’est un dessin, rien de plus normal), l’illustrateur arrive pourtant à lui donner du mouvement et une certaine nervosité qui palpable dans sa gestuelle. Bref, l’illustrateur est doué et arrive à rendre vivant ses personnages.

En bref, un premier tome réussit et très intéressant qui permet de voir un peu plus le fonctionnement d’un ministère, ici celui des Affaires étrangères. Juste à espérer que ce soit une caricature et pas la retranscription d’une réalité parce que là… C’est juste hallucinant et pas nécessairement dans le bon sens du terme. Une BD à découvrir !

Livres lus :

Quai d'Orsay, tome 1

Commentaires

  1. Une BD qui m'a l'air bien intéressante :)

    RépondreSupprimer
  2. J'avais beaucoup apprécié le film mais je ne savais pas du tout qu'il était tiré d'une BD. Je vais suivre ton conseil et mettre cette BD dans ma PAL pour pouvoir la découvrir !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et si c'est une BD ^^ elle est super en tout cas et du coup je suis curieuse de découvrir le film

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

En équilibre d'Anne Plichota et Cendrine Wolf (Les 5/5, tome 1)