Irmina de Barbara Yelin

Quatrième de couverture

Jeune femme ambitieuse, Irmina quitte l'Allemagne pour Londres au milieu des années trente, pour suivre une formation de secrétaire bilingue. Elle y fait la connaissance d'un noir, Howard, et sympathise avec ses aspirations à une vie indépendante. Sa liaison avec lui connaît une fin précipitée, quand la situation politique l'oblige à rentrer à Berlin. Dans l'Allemagne national-socialiste, il est vite évident qu'elle ne pourra faire son chemin dans la société qu'en fermant les eux sur les crimes du régime. Mais les événements politiques ressemblent à une escalade sans fin...

Mon avis

Voici une BD très intéressante qui relève à la fois de la réalité, cela concerne la famille de l’auteur, de la fiction, certains éléments sont du propre de l’auteur pour le bien de son livre et en même temps, un aspect documentaire qui permet de voir le quotidien des allemands durant la Seconde Guerre Mondiale, et cela à travers le personnage d’Irmina.

C’est une excellente BD qui permet de voir un peu le quotidien des gens qui ont vécu la guerre et le changement de politique à cause d'Hitler. Evidemment, il y a une part subjective, car comme je l’ai dit, il s’agit de la vie de la grand-mère de l’auteur, mais pas seulement, elle s’est documenté pour plus de réaliste, donc il y a un beau mélange ici.

La BD est construite en 3 parties, qui permet de voir Irmina dans sa jeunesse (19 ans) où elle vit en Angleterre suite à un échange afin d’y faire des études, apprendre un métier (dactylo) et avoir un avenir. On la voit très libérée, avec des idées précises, l’envie de se battre pour une vie meilleure. Mais divers difficultés vont changer ses plans. Plus tard, nous la voyons mariée avec un allemand, sa vie de famille et la dégradation du fait de la politique. On voit sa résignation, elle qui avait des idées très tranchées sur les gens « différents » que ce soit par la couleur, la religion, etc. qui pourtant se laisse faire.

Il est étonnant, ou pas, de voir qu’une personne aussi libérée qu'Irmina qui rêvait de liberté et d'indépendance finisse par « rejoindre » les troupes d'Hitler et suivre les directives. Il n’y a aucun jugement dans cette BD, c’est un récit, une constatation. Quant à la 3e partie ; nous la voyons plus âgées et revenir quelque peu sur son passé en retrouvant une personne perdue de vue depuis longtemps. Je n’en dirai pas plus, je ne veux pas non plus tout spoiler.

Le graphisme du livre est bien particulier, j’aime beaucoup. C’est sombre, cela a un aspect brouillon, comme si c’était dessiné précipitamment, pas toujours fini quand on regarde les extrémités de certains plans. Mais cela donne plus de force à cette histoire et a une signification particulière. Il y a peu de couleur, tout est dans le gris / bleu, donnant plus de tristesse et rendant morose chaque instant. Et quand on voit ce qui se passe, notamment dans la 2e partie, il ne peut pas en être autrement.


En bref, voici une très bonne BD qu’il faut lire. C’est un sujet sensible mais elle donne matière à réfléchir, surtout quand on voit la manière dont elle est perçue par le fameux Howard mentionné dans la 4e de couverture.

L’auteur sera en dédicace à la librairie Millepages Jeunesse / BD (Vincennes) le mercredi 28 janvier.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Sauvage de Johan Heliot (Lena Wilder 1)

Ikebana de Céline Landressie (Rose Morte 4)

In My Mailbox (294)