Un dîner avec Cary Grant de Malika Ferdjoukh (Broadway Limited 1)

Quatrième de couverture

Normalement, Jocelyn n'aurait pas dû obtenir une chambre à la Pension Giboulée. Mrs Merle, la propriétaire, est formelle : cette respectable pension new-yorkaise n'accepte aucun garçon, même avec un joli nom français comme Jocelyn Brouillard. Pourtant, grâce à son talent de pianiste, grâce, aussi, à un petit mensonge et à un ingrédient miraculeux qu'il transporte sans le savoir dans sa malle, Jocelyn obtient l'autorisation de loger au sous-sol.
Nous sommes en 1948, cela fait quelques heures à peine qu'il est à New York, il a le sentiment d'avoir débarqué dans une maison de fous. Et il doit garder la tête froide, car ici il n y a que des filles. Elles sont danseuses, apprenties comédiennes, toutes manquent d'argent et passent leur temps à courir les auditions. 
Chic a mangé tellement de soupe Campbell's à la tomate pour une publicité que la couleur rouge suffit à lui donner la nausée. Dido, malgré son jeune âge, a des problèmes avec le FBI. Manhattan est en proie à l'inquiétude depuis qu elle a cinq ans. Toutes ces jeunes filles ont un secret, que même leurs meilleures amies ignorent. Surtout Hadley, la plus mystérieuse de toutes, qui ne danse plus alors qu'elle a autrefois dansé avec Fred Astaire, et vend chaque soir des allumettes au Social Platinium.Hadley, pour qui tout a basculé, par une nuit de neige dans un train. Un train nommé Broadway Limited.

Mon avis

Ce n’est clairement pas le genre de livre que je lis habituellement, la littérature contemporaine et moi, on n’est pas forcément très amies. Mais même si cela m’arrive de temps en temps et en jeunesse, ce n’est pas non plus ce que je lis en priorité (sauf si ce sont des auteurs particulier comme Charlotte Bousquet, je prends direct).

Livre vivement recommandé à ma librairie, je n’ai pas hésité pour me faire ma propre opinion dessus et je dois avouer que je ne le regrette pas parce qu’il est vraiment bien. Il s’agit d’un livre destiné pour les adolescents, mais cela pourra ravir aussi les adultes car ce livre a une certaine maturité et un sujet qui pourra plaire au plus grand nombre.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit. Ce qu’il faut juste savoir en amont c’est que les événements annoncés dans la 4e de couverture n’arrivent pas dans la seconde. Si je ne me trompe pas, il faut attendre une bonne centaine de pages avant que Jocelyn ne soit accepté dans la Pension Giboulée suite à un heureux hasard dans ses bagages. Donc si vous aimez les histoires qui démarrent au quart de tour, cela pourrait être problématique parce que c’est un livre qui prend son temps et qui nous décrit diverses situations.

En effet, la narration étant à la troisième personne, nous suivons différents groupes de personnages, donc on n’est pas uniquement centré sur Jocelyn, même s’il reste le « héros » principal de cette histoire. Un dîner avec Cary Grant est un livre d’ambiance, de présentation, donc ne vous attendez pas à des retournements de situation, à de l’action avec adrénaline même s’il y a quelques révélations très alléchantes qui titillent notre curiosité. Ce n’est pas un livre d’action en soi, mais il n’en reste pas moins intéressant et je vous le conseille vivement.

La première chose que l’on remarque en lisant ce livre est l’écriture de l’auteur. C’est extrêmement bien écrit, très fluide. Et je dois avouer que grâce à elle, j’ai pu me plonger avec facilité et grand intérêt dans cette histoire même si par moment j’avais la sensation de ne pas avancer. Il faut dire que le livre fait près de 580 pages, donc il ne se lit pas en 5 minutes, c’est assez dense avec son lot de descriptions, de présentations mais en même temps, de nombreux personnages sont à découvrir, donc cela paraît normal.

Mais du coup, tous ces éléments ralentissent la narration mais l’écriture coule tellement de source que l’on prend vraiment plaisir à lire et ce n’est pas dérangeant pour une fois de prendre son temps pour le savourer. Bien qu’il soit gros, il n’y a pas d’effet de longueur car tous les détails sont importants pour comprendre la situation de chacun et nous permettre d’avoir une vue d’ensemble sur les différents protagonistes de l’histoire qui vont se révéler chacun leur tour et l’on va également voir des liens par-ci, par-là se mettre en place.

Le livre est découpé en 4 parties ce qui nous permet de faire parfois un focus, il y a une partie notamment qui nous explique le lien avec le titre du livre : Broadway Limited et qui éclaire un certain nombre de choses sur l’un des personnages de l’histoire.

Ce premier tome de Broadway Limited nous présente New York dans l’après-guerre, avec la guerre froide qui s’installe avec la Russie, mais aussi le point de vue d’un français sur les événements et qui découvrent l’Amérique. On a donc un aspect politique, on voit également que la France et notamment Paris (Paree !) semble attirer les américains. Et puis il y a le côté artistique, ce rêve américain où tout est possible, où l’on peut tout réussir, entre Jocelyn qui fait des études pour être musiciens (je raccourcis mais il est pianiste notamment), les danseuses, les chanteuses, c’est tout un festival que l’on voit avec les différents personnages. Même si, comme on va le découvrir ici, la réalité est parfois autre. On côtoie des grands noms qui ont marqué l’histoire, on les voit dans leur jeunesse.

C’est donc une histoire assez éclectique qui traite de différents sujets à la fois mais la vraie force de ce livre réside dans ses personnages. Ce sont eux qui la portent et qui donnent tout l’intérêt de ce premier tome comme il n’y a pas tant d’action que ça. Alors il est vrai que l’on a notre lot de révélations, auxquelles je m’attendais quelque peu pour certains mais pas pour d’autres, mais c’est tout de même assez lent et un premier tome de présentation comme je l’ai dit auparavant.

Les personnages sont attachants à leur manière, chacun cherche quelque chose dans cette ville où tout semble possible. Ils ont des rêves, des espoirs et parfois une désillusion. C’est très réaliste et cela reflète assez bien la vie. Il y a des hauts et des bas, il ne faut pas le cacher, la vie peut être parfois dure. Un éclectisme qui fait plaisir à voir et qui enrichisse un peu plus cette histoire.

En bref, ce premier tome de Broadway Limited m’a beaucoup plu, je suis très curieuse de lire la suite car même si ce n’est pas un livre avec de l’action à proprement parlé, l’auteur aura su titiller ma curiosité pour en apprendre plus sur ces différents personnages qui ont chacun une histoire bien particulière à nous raconter et j’ai envie de découvrir tous leurs secrets. Un livre à suivre de près…

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

En équilibre d'Anne Plichota et Cendrine Wolf (Les 5/5, tome 1)