Log Horizon, tome 1 de Mamare Touno


Quatrième de couverture

Elder Tale est le MMORPG qui rassemble le plus grand nombre de joueurs sur le net, mais lors de la sortie de sa douzième extension, tous ceux qui s'étaient connectés se retrouvent prisonniers du jeu, dont 30000 rien qu'au Japon. Ignorant comment ils sont arrivés là et s'ils pourront en sortir un jour, beaucoup perdent la volonté d'avancer. Mais Shiroe, un des joueurs les plus connus et les plus respectés du jeu refuse d'abandonner. Aidé de ses fidèles compagnons Akatsuki et Naotsugu, il va tenter de convaincre les " Aventuriers " de ne pas se laisser abattre et de bâtir une nouvelle société dans ce monde virtuel qui est maintenant le leur...

Mon avis

Après avoir lu Sword Art Online que j’avais beaucoup apprécié, j’étais curieuse de découvrir Log Horizon qui semble être le même type d’histoire, où des personnes vont se retrouver prisonnières d’un jeu vidéo, mais je dois avouer qu’en comparaison, j’en ressors très mitigée de cette histoire.

Je précise tout de même que c’est loin d’être mauvais, j’ai lu bien pire que ça et je n’ai pas non plus galéré durant ma lecture, même si elle m’a pris du temps. Le texte étant assez dense et le livre assez épais, je ne l’ai pas lu en 5 minutes. Le problème est que je n’ai pas été autant transporté que dans Sword Art Online et ce, du fait que l’intrigue est très longue et lente. Cela manque de rythme et de but aussi, je n’ai pas trouvé qu’il y avait un réel enjeu dans ce premier tome. Je ne me suis pas totalement ennuyée mais j’attendais que l’action décolle sans cesse, en vain… Je m’attendais à quelque chose de totalement différent.

Comme dans Sword Art Online des joueurs vont se retrouver prisonnier du jeu mais sans en connaître la raison, contrairement à Sword Art Online où c’était clairement établi. Les joueurs dans Log Horizon vont du coup devoir survivre dans le jeu qui devient peu à peu leur nouvelle réalité. L’univers est similaire en cela et c’était plutôt intéressant de voir les personnages évoluer dans ce milieu. Là où ça pêche essentiellement pour moi c’est plutôt l’intrigue et la manière dont elle est menée.

L’intrigue générale du livre ne tient pas à grand-chose, c’est surtout sur la « survie » et nouvelle manière de vivre des personnages dans ce jeu. Un moment donné il y a des quêtes, deux comme le livre contient deux parties et du coup cela fait une redite, on a la sensation que la deuxième partie est un « copier coller » de la première sauf que l’on change les personnages. Je trouve ça dommage. On s’installe donc dans une routine mais il n’y a rien de plus. Ce n’est que sur la fin que l’on comprend ce qu’est « Log Horizon » mais après avoir lu plus de 400 pages, j’ai envie de dire il était temps ! Sur un livre de 200-300 pages pourquoi pas mais là, on a un vrai pavé avec une intrigue qui s’étire encore et encore en longueur donc ça devient vite ennuyeux.

Pendant une bonne partie de ma lecture je me demandais où l’auteur voulait en venir parce que je n’en voyais pas le bout. Alors certes, on découvre la vie sur place, plein de personnages, etc. mais franchement ça devient lourd parce qu’il ne se passe rien. Et dire que des gens se plaignent de la description de la Comté dans le Seigneur des Anneaux de Tolkien dès le début de l’ouvrage mais là, j’ai trouvé ça beaucoup plus long ici parce qu’on a moins de choses à se mettre sous la dent par la suite.

Alors certes, il y a un peu d’action, avec quelques scènes de bataille entre nos héros et des groupes de gens qui veulent semer la pagaille, il y a la fameuse quête pour retrouver quelqu’un mais cela reste trop léger à mes yeux. Quand je vois toute l’action et la tension qui sont omniprésentes dans Sword Art Online, je ne peux qu’être déçue de Log Horizon où l’on est davantage dans la lenteur.

Les personnages sont plutôt sympathiques, on s’attache à chacun d’eux, ils ont vraiment des personnalités fortes, très distinctes. Shiroe, le héros principal est assez posé, devient rapidement le leader et s’investit d’une certaine mission pour aider le plus grand nombre. Naotsugu est le « pervers » de service qui ne pense qu’aux filles et ce qu’elles cachent en dessous mais il reste assez drôle et apporte de la légèreté à une situation qui reste critique. Quant à Akatsuki c’est un personnage qui saura nous surprendre par bien des manières. Un trio très éclectique mais qui fonctionne bien ensemble mais c’est sans compter les autres qu’ils vont rencontrer sur leur route au fur et à mesure, je pense notamment à Marie qui est bien spéciale…

En bref, Log Horizon me laisse assez perplexe. Je n’ai pas détesté cette lecture, ce n’était pas désagréable mais pas non plus transcendant. J’ai trouvé l’univers intéressant mais pas assez développé, on reste encore dans le flou malgré tout ce qu’on vient de lire. On ne voit pas tellement où l’auteur veut en venir et je dirai presque que la 4e de couverture spoile le livre vu que l’intrigue tient à peu de choses. L’action est là mais un peu trop lente à mon goût pour que je sois totalement passionnée. Il est vrai que l’univers du jeu n’est pas ma prédilection mais Sword Art Online avait su me convaincre, j’ai eu plus de mal avec Log Horizon. Enfin, les personnages sont sympathiques avec des caractères bien distincts mais je ne suis pas sûre pour autant suivre cette série à cause du manque de rythme. Je vous invite à vous faire votre propre avis sur la question.

En partenariat avec

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

La Belle Sauvage de Philip Pullman (La Trilogie de la Poussière 1)

Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban

Sans raison apparente de Charlotte Bousquet

Skiddy, mon ami imaginaire de Katherine Applegate