A-Move & Z- Movie de Florent Maudoux (Freak's Squeele 7)

Quatrième de couverture

En avant pour le dernier round opposant les étudiants de la fac d'un côté et les gardiens de la tradition des super-héros de l'autre ! Le campus est encerclé par un mur qui le coupe du reste du monde. Coincée entre les deux camps, la trinité de la Mort ne peut pas ouvertement soutenir la jeune génération. Entre guerre médiatique et émeutes urbaines, le combat parait bien inégal. Dans ce chapitre final Chance, Xiong Mao et Ombre vont avoir affaire à un ennemi surpuissant qui n'hésitera pas à faire usage d'une arme de destruction massive que redoutent tous les héros du monde entier : l’oubli.

Mon avis

A-Move & Z-Movie est le dernier tome de la série Freaks’Squeele et je dois dire que c’était pas mal du tout, une bonne fin même si quelque part je la trouve un peu facile et rapide.

C’est un réel plaisir de me replonger dans l’univers de Freaks’Squeele, cela faisait des mois que je n’en avais pas lus et je dois avouer que ça m’avait manqué. Florent Maudoux a vraiment créé quelque chose d’unique, je n’avais rien lu de tel et l’idée est franchement bonne, tout ce qu’il a fait sur cette école de super héros, l’évolution de ses personnages dans ce milieu, c’était vraiment bien pensé. On a enfin le fin mot de toute cette histoire, on comprend enfin les intentions de chacun, même si je m’en doutais depuis un moment, les révélations sont enfin là.

L’action est omniprésente de sorte qu’on n’ait pas le temps de s’ennuyer. L’histoire prend un tournant assez inattendu et mon dieu c’était horrible quand même, heureusement que l’auteur n’a pas pris ce chemin dès le départ parce que je crois que là… je n’aurai pas tenu les 7 tomes, ça aurait été sans intérêt. Mais c’était intéressant ici de voir l’histoire évoluer de cette manière, tout cela est bien mystérieux mais je n’ai pas envie de trop en dire et de spoiler, ça gâcherait la surprise. Mais attendez-vous à quelque chose de très étrange…

Sinon on se rend compte dans cette histoire qu’il vaut mieux avoir lu la trilogie Freaks’Squeele Rouge, pour comprendre ce qui se passe à la fin sans quoi cela risque d’être étrange puisque ce n’est pas évoqué dans Freaks’Squeele. On pourrait penser que cela arrive comme un cheveu sur la soupe alors qu’il n’en est rien tout s’explique. Voilà, un petit avertissement pour ceux qui ne l’auraient pas lu et souhaiteraient lire ce 7e et dernier tome.

L’humour est toujours aussi présent, malgré une situation assez dramatique, pleine de tensions et de problèmes, on trouve toujours un peu de légèreté pour détendre l’atmosphère et nous faire penser à autre chose et ce n’est pas forcément grâce à Cernnunos même si c’est l’un des premiers à amener cela, nan, Funérailles n’est pas en reste, il m’a bien fait rire à un moment donné avec Chance…

Les personnages de cette série sont vraiment attachants et c’est toujours un peu triste de devoir leur dire au revoir. Mais a priori l’auteur va continuer de créer des histoires dans cet univers, il doit déjà continuer la série sur Funérailles et il va également faire d’autres choses, donc je suis très impatiente de découvrir tout cela. Florent Maudoux a su leur donner une vraie personnalité à chacun, une consistance et il est vrai que dans ce dernier tome, on revient parfois en flash back sur l’amitié unissant nos trois héros.

Ce qui est formidable dans cette série ce sont les références et elles sont nombreuses. Par moment j’ai ri en découvrant certaines choses tant ça paraissait incongru de les retrouver ici (genre Raymond et Huguette ou encore les Pokémon…) c’est ce qui fait le charme de ce comics tout en nous présentant une série sur les super-héros.

En bref, une série qui se termine bien, peut-être un peu facilement mais ça reste acceptable et une bonne fin pour conclure cette saga que j’ai adoré. Je suis vraiment contente de la découverte, merci Marie ! Et je ne peux que vous la conseiller à mon tour parce qu’elle en vaut vraiment la peine.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé