La cible de trop de Karen Rose (Baltimore 4)

Quatrième de couverture

Parce qu’elle s’est approchée de la vérité, elle est devenue la cible du tueur…
Pour l’inspectrice Stevie Mazzetti, deux seules choses valent la peine de se lever le matin : sa fille Cordelia d’abord, ensuite son travail au sein de la police de Baltimore. C’est tout ce qui lui reste depuis qu’elle a perdu son mari et son fils, abattus de sang-froid dans la rue par un inconnu, huit ans plus tôt. Alors quand elle apprend que son ex-coéquipier était un flic corrompu, sa première réaction est la colère. Si cet homme auquel elle aurait confié sa vie a fait condamner des innocents pour éviter la prison à des criminels, elle le découvrira et fera éclater la vérité.
Mais, dès le début, Stevie se voit menacée par un tueur que son enquête dérange. Un psychopathe qui a décidé, pour la faire taire, qu’elle serait sa prochaine cible.

Mon avis

Voici le 4e tome de la série Baltimore où l’on retrouve enfin en « couple » principal Stevie et Maynard. Si vous saviez à quel point j’attendais cette histoire parce que ça fait un certain moment que l’on voit ces deux là se tourner autour sans que rien ne se passe. Et c’est frustrant ! Depuis le premier tome de la série : Tout près du tueur et même à travers les autres séries où l’on a pu retrouver Maynard, on sait qu’il est amoureux de Stevie mais elle le rejette sans cesse.

Enfin, là on va voir comment ils vont se mettre en couple. Ce n’est pas un spoiler, tous les livres de Karen Rose sont calibrés de la même manière, quand on duo est annoncé, cela forme un couple à la fin et même au niveau intrigue, même si les histoires sont différentes, elles sont toujours menées un peu de la même manière. Mais cela n’en reste pas moins efficace, je trouve ses livres prenants et intéressants où l’action est omniprésente de sorte que l’on n’ait pas le temps de s’ennuyer.

C’est toujours un vrai plaisir pour moi de me plonger dans un de ses livres et d’ailleurs prochainement je vais en lire un autre d’une autre série (Minneapolis). Mais c’est sans compter la petite touche de romance qui est toujours la bienvenue pour détendre un petit peu l’atmosphère vu l’ambiance. A cause des meurtres, enlèvements et autres problèmes en tout genre, il faut bien relâcher la pression de temps en temps, même si là encore ce n’est pas toujours de tout repos !

Depuis le temps que Maynard et Stevie se cherchent, il fallait bien que ça arrive un jour et j’ai envie de dire qu’il était temps ! La romance est bien faite, frustrante comme je l’ai dit mais on voit bien le jeu qui se joue entre les deux, tout pour me plaire. Il y a un gros challenge car contrairement à d’autres couples où il s’agit d’un coup de foudre, là, on est vraiment sur quelque chose qui dure depuis un moment mais qui n’aboutit jamais.

Mais il ne faut pas croire, ça ne va pas se faire en cinq minutes, loin de là, ils vont prendre leur temps, nous frustrer au possible et nous donner l’envie de prendre l’un pour taper sur l’autre tant ils sont pénibles. On comprend aisément pourquoi Stevie ne veut pas s’engager, la mémoire de son mari mort ainsi que de son petit garçon est trop vive pour qu’elle puisse s’engager émotionnellement avec un autre. Et il faut dire que pour le moment elle a d’autres choses en tête, en effet, des gens cherchent à la tueur, elle doit se protéger ainsi que sa fille, sa « seule famille qu’il lui reste ». Mais heureusement Maynard, son ange-gardien est toujours là pour elle quand bien même elle le voudrait loin d’elle. Bonne tactique pour essayer de la conquérir malgré des circonstances peu favorable.

Stevie n’a vraiment pas de chance, on cherche à la tuer et tous les moyens sont bons. Comme nous suivons à la fois plusieurs personnages, Stevie / Maynard le tueur et le commanditaire et encore un autre personnage, on sait ce qui se trame derrière son dos et qui est à l’origine de ces tentatives de meurtre. Cela rend le tout encore plus insoutenable parce qu’on sait qu’autre chose va lui tomber dessus. Mais rassurez-vous, vous aurez un certain nombre d’éléments cachés pour conserver le suspense et croyez-moi il y en a où je ne m’y attendais pas ! Bon, il faut avouer que parfois c’est peut être un peu invraisemblable tout ce qui lui arrive, c’est presque trop mais ça passe. On est tellement pris par l’histoire que ce n’est pas gênant qu’elle enchaîne les catastrophes.

Dans ce tome, on en apprend plus sur les circonstances de la mort du mari et du fils de Stevie, j’avoue que ça m’a fendu le cœur et voir aussi les circonstances et tout ce que ça a engendré, c’est lourd, très lourd. On a presque deux histoires en une ici et on se rend compte à quel point tout est lié.

On voit ici beaucoup Cordelia, la fille de Stevie qui évidemment a une place importante dans la vie de la flic, une petite fille attachante et adorable qui est aussi trop perspicace pour son bien. C’est une fillette très futée qui pourra nous surprendre par bien des manières set sa relation avec Maynard est juste touchante et déchirante à la fois. Plus d’une fois j’ai eu le cœur serré en voyant les conversations qu’elle entretenait avec lui et elle supporte bien des choses sur ses frêles épaules. Il ne faut pas oublier qu’elle a 7/8 ans, bien trop jeune pour vivre de telles choses.

Ce qui me plaît aussi dans les livres de Karen Rose ce sont les croisements qui se créent entre les séries et on retrouve notamment ici Ethan Buchanan qui est un des personnages de la série Chicago, ancien coéquipier de Maynard en tant que privé, il va lui prêter main forte et le moins que l’on puisse dire c’est que Maynard y met les moyens pour protéger celle qu’il aime ! Même si d’un autre côté on le voit galérer à un point… ça fait deux ans que ça dure et pourtant il ne lâche pas l’affaire. Il est prêt à tout, quitte à la perdre pour respecter ses choix. J’avais vraiment de la peine pour lui parce qu’il ne mérite pas ça.

En bref, La cible de trop est un 4e tome bien sympathique. L’histoire est bonne et bien menée, le suspense est jusqu’au bout pour nombre d’éléments. Stevie a tellement la poisse que l’on craint pour elle à chaque instant, j’ai eu le cœur serré pour sa petite fille. Quant à la relation entre Stevie et Maynard, je dois avouer que ça m’a frustré et en même temps, elle m’a beaucoup plu parce qu’elle a pu prendre de l’ampleur et enfin trouver sa place malgré les circonstances. Une série que j’apprécie toujours, je suis définitivement fan des livres de Karen Rose.

En partenariat avec

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Effroyable porcelaine de Vincent Tassy

Les larmes de l'araignée de Pascaline Nolot