Le Joyau des Valoris de Pierre Pevel (Haut-Royaume - Les Sept Cités 1)

Quatrième de couverture

Dans la cité aux mille pièges de Samarande, Iryän Shaän, voleur aux yeux de drac, est engagé pour dérober un diadème d’une valeur inestimable. Or, une fois la mission d’Iryän accomplie, les pierres qui ornaient le diadème sont dérobées à leur tour. Pourquoi ? Par qui ? S’ils veulent se disculper, Iryän et ses complices devront le découvrir et vaincre par la ruse et le fer de nombreux adversaires – car les relents de magie noire qui entourent le joyau des Valoris en font une cible convoitée de tous…

Mon avis

Ayant beaucoup aimé le premier tome de Haut-Royaume, j’étais très curieuse de lire cette série spin off sur Les Sept Cités et je dois dire que je ne suis pas du tout déçue. J’ai beaucoup aimé et vous recommande chaudement ces séries !

Chacun des trois tomes de la trilogie Haut-Royaume – Les Sept Cités sont assez courts, surtout par rapport à Haut-Royaume, mais ce n’est pas pour cela qu’il ne se passe rien et que ce n’est pas intéressant. Bien au contraire, Pierre Pevel nous prouve avec un roman « court » (moins de 300 pages), qu’il est possible de nous offrir une histoire passionnante avec un univers suffisamment développé pour attiser notre curiosité et nous entraîner dans son monde. Ce n’est pas donné à tout le monde et l’adepte des pavés en moi est donc ravie de ce constat.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent vite. L’écriture de l’auteur est toujours aussi agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. L’action arrive dès les premières pages de sorte qu’il n’y ait pas de longueurs et elle ne fait que perdurer tout le long de l’ouvrage pour notre plus grand plaisir. On n’a pas le temps de s’ennuyer et de reprendre notre souffle car il se passe toujours quelque chose, que ce soit des rebondissements ou des révélations.

Avec Le Joyau des Valoris, Pierre Pevel nous montre une fois de plus tout son talent car j’étais loin de m’imaginer un tel scénario en commençant le livre. Tout part d’un vol très simple mais qui va avoir des conséquences incroyables par la suite. En effet, le voleur, Iryän Shaän va devoir revoler le même bien, à son précédent commanditaire, entre autre chose… C’est une histoire bien plus complexe qu’elle n’en a l’air et franchement chapeau bas pour toutes ces révélations finales car je n’y aurai pas du tout pensé ! C’est donc une très bonne surprise parce que l’auteur nous balade tout du long du livre et entremêle beaucoup de choses. Pauvre Iryän Shaän, il ne sait plus où donner de la tête et nous non plus !

L’intérêt est que nous suivons différents groupes de personnages, du coup on se demande bien où l’auteur veut en venir, on ne connaît pas ses plans et on se demande bien comment tel ou tel personnage va pouvoir avoir un lien avec l’autre. Plusieurs histoires qui s’entremêlent et qui se rassemblent au fur et à mesure, comme des pièces d’un puzzle qui se construisent sous nos yeux. Cela s’appelle le talent, tout simplement et l’intrigue en devient complexe à décortiquer et pourtant, pourtant quand on a enfin les révélations tout cela semblait si simple ! Mais Pierre Pevel nous cache un certain nombre d’éléments si bien qu’on ne peut pas reconstruire ce puzzle seul…

Dans Haut-Royaume, j’avais déjà pu constater que l’univers était bien construit, plus complexe qu’il n’en avait l’air, même si l’auteur n’avait pas encore dévoilé toutes ces cartes. Ici, on voit encore d’autres choses et je suis certaine que je vais encore en découvrir dans les suites de la trilogie, j’ai hâte de découvrir tout cela. Une fois encore, on voit les liens politiques et magiques pour mon plus grand bonheur car c’est ce que je préfère dans la Fantasy donc c’est un ravissement d’être plongé au cœur de tout cela. Et on voit bien que dans Les Sept Cités c’est légion !

Quant aux personnages, je dois dire que l’on a une belle brochette de voleurs mais qui sont tous aussi attachants les uns que les autres. A commencer par Iryän Shaän, le héros de cette série, même si on ne peut pas le séparer de Svern, le Skande qui a aussi toute son importance dans l’histoire. Mais n’oublions pas  Narubio qui est maître en son domaine. Sans oublier les autres personnages secondaires qui vont apporter leur pierre à l’édifice. Ces personnages ont de la gueule, je n’ai pas d’autres mots pour les qualifier, ils ont une consistance, ils sont « réels » et j’ai adoré les suivre dans cette folle aventure.

En bref, Le Joyau des Valoris est un très bon premier tome que j’ai pris plaisir à lire. On y voit une fois de plus tout le talent de l’auteur à nous plonger dans son univers et nous faire vivre une aventure incroyable parmi des voleurs de talents qui sauront faire preuve de ruse pour s’en sortir. J’ai beaucoup aimé l’intrigue, les personnages, l’univers, bref, que du bon, rien à redire là-dessus. Je suis très curieuse de lire la suite que je vais m’empresser de lire juste après !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sauvage de Johan Heliot (Lena Wilder 1)

Ikebana de Céline Landressie (Rose Morte 4)

In My Mailbox (294)