Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous de Nathalie Stragier (La Fille du Futur 1)

Quatrième de couverture

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous... 
... parce que pour elle, votre monde ressemble au Moyen Âge. 
... parce qu'elle sera envahissante, agaçante, imprévisible. 
... mais surtout, parce qu'elle détient un secret terrible. Et c'est à vous qu'elle va le confier.

Mon avis

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous est un roman qui avait attisé ma curiosité lorsque je l’avais vu à la librairie où je travaille. Il faut dire que le titre et la couverture interpellent beaucoup et quand une de mes collègues m’a dit qu’elle en avait entendu de bons échos, j’étais encore plus curieuse de le découvrir. Et j’ai fini par céder quand l’occasion s’est présentée et le moins que je puisse dire c’est que je ne regrette pas du tout !

Vu le titre, le pitch, la couverture, on s’attend à quelque chose de décalé et drôle, ce qu’il est, mais il est vrai que j’ai été très surprise de voir aussi toutes les réflexions qui y sont faites par rapport à notre société. De quoi remettre en question un certain nombre de choses. Attention, le choc des cultures est là !

Andrea est une adolescente comme les autres qui va au lycée mais depuis quelques temps, elle voit un groupe de filles devant les portes de son lycée habillée de manière étrange. Cela aurait pu passer inaperçu si l’une d’elle, Pénélope, ne s’était pas égarer et allait totalement changer sa vie lorsqu’elle va lui apprendre qu’elle vient du futur.

Ce n’est qu’au compte-goutte que les informations nous parviennent. Etant donné le titre du livre, on se doute fortement qu’elle vient d’une époque lointaine, mais Andrea ignore tout de cela et c’est après forte insistance qu’elle va découvrir la vérité. De même sur ce qui va se passer dans le futur, Pénélope étant très réticente à lui expliquer son monde. il faut donc faire preuve de patience pour découvrir la vie futuriste de Pénélope, grâce au travail au corps que fait Andrea, curieuse et avide de connaissance pour expliquer le comportement étrange de sa nouvelle « amie », surtout vis-à-vis de certaines personnes.

Andrea et Pénélope sont antithétiques sur bien des aspects, que ce soit au niveau physique, quand la première s’habille « cool » sans vraiment prendre soin de son apparence et que la deuxième est très croquette, très girly, au niveau du caractère il en va de même. Deux personnalités fortes bien différentes qui vont provoquer un choc des cultures assez amusants à regarder. Mais elles en restent pas moins sympathiques et attachantes toutes les deux, on peut comprendre chacune leurs arguments face aux différentes situations auxquelles elles sont confrontées.

J’ai beaucoup aimé les réflexions qui sont faites pour pointer du doigt les problèmes de notre société actuelle à travers les yeux d’une « étrangère » qui, pour le coup, vient du futur. Ce n’est pas sans rappeler les Lettres persanes de Montesquieu qui critique aussi sa société en se servant du biais des étrangers qui ignorent tous des codes pour pouvoir s’en moquer et pointer du doigt les « problèmes ». Une manière de faire qui n’est pas inconnue mais qui reste très efficace.

L’histoire est racontée du point de vue d’Andrea qui tente de comprendre cette fille perdue et aussi de l’aider dans sa démarche ou de s’en débarrasser à d’autres moments. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle se donne du mal et va se retrouver dans des situations compliquées mais elle est prête à tout pour aider son amie et aussi lui ouvrir les yeux. Car si à notre époque (2019, le présent d’Andrea) on peut y voir des défauts et des problèmes, le futur de Pénélope n’est pas non plus une société idéale. On va s’en rendre compte très rapidement, les apparences sont belles mais dès que l’on creuse un petit peu, on voit que cela n’a rien d’idyllique.

Cela beau être un livre sur le ton de l’humour et quelque peu contemporain, par certains aspects, on n’est pas loin de la dystopie quand on voit ce que le futur nous réserve. De quoi faire froid dans le dos quand même et quand Andrea va se rendre compte de ce que l’avenir réserve au monde, elle est prête à tout pour changer la donne, coûte que coûte.

L’écriture de l’auteur est très agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. Les pages défilent sans que l’on ne se rende compte et j’ai pris vraiment beaucoup de plaisir à découvrir les aventures d’Andrea et Pénélope. L’action est omniprésente et les problèmes s’enchaînent ainsi on ne risque pas de s’ennuyer avec ce duo de choc !

En bref, Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous est une très bonne surprise pour moi, je ne pensais pas adhérer à ce point. C’est un livre léger parfait pour l’été qui met en scène deux filles très différentes l’une de l’autre et très attachantes mais qui n’oublie pas pour autant d’amener une certaine réflexion sur notre société, notre mode de fonctionnement, de vie, etc. Un livre que je vous invite à découvrir !

Commentaires

  1. J'ai également adoré ce livre et l'univers créé par l'auteure et l'idée qu'elle se fait de notre mode de vie et de notre futur.
    J'ai hâte de lire le tome 3 ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est original et la critique qui en découle sur notre société est intéressante. et le tout sur un ton plutôt léger malgré tout donc c'est bien distrayant et sans prise de tête. Nan franchement, très surprise par ce livre, je ne m'attendais pas à ça, tant mieux
      et idem j'ai hâte de lire le 3e mais il va falloir être patiente ^^

      Supprimer
  2. je dois les chroniquer sous peu pour le Forum Mort-Sure... Trop hâte de les recevoir et de me faire ma propre impression. Mais tout comme toi, le titre et la couverture ont réveillé ma curiosité!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Meilleures ennemies de Ruth Fitzgerald (Les petits malheurs d'Emily Sparkes 1)

PALM n°76 [JUIN 2017]