Les animaux sentimentaux de Cédric Duroux

Quatrième de couverture

Olivier, addict au sexe sur Internet, ses phobies et ses TOC ; 
David, son besoin d’exister à travers des rencontres d’un soir ;
Lily, en passe de changer radicalement de vie ;
Samuel, qui survit aux réunions familiales grâce à son ami – peut-être – imaginaire Anthony…
Ces vingtenaires nous embarquent dans leur quotidien, leurs passions et leurs questions : quels bouleversements entraîne un coming-out ? Entre vie fantasmée et vie vécue, entre milieu d’origine et famille d’élection, comment trouver sa place ?
Un roman sentimental et sans mièvrerie, et une ode vibrante à l’amitié, où l’on croise aussi bien David Bowie que le lapin d’Alice.

Mon avis

Les animaux sentimentaux est un roman qu’un de mes collègues m’avait conseillé pensant que ça pourrait me plaire. Et comme une dédicace devait avoir lieu peu de temps après et qu’il ne voulait pas y aller seul, j’ai pris le livre pour le lire le plus vite possible avant l’événement. Et je dois dire que, même si je n’ai pas eu un coup de cœur, contrairement à mon collègue, c’était un roman intéressant et assez prenant. Raison pour laquelle je vous en parle aujourd’hui pour vous le faire connaître à mon tour.

Avant de donner mon avis sur le livre, je dois avertir que ce n’est pas tout public, il y a clairement des scènes explicites et homosexuelles, puisque c’est le sujet central comme vous avez pu le constater avec la 4e de couverture. Et ces scènes peuvent être très explicites et ce dès la première page. Je le savais mais ne m’y attendais pas aussi tôt et du coup ça surprend quand même au début. Donc il faut savoir à quoi s’attendre mais lorsqu’on le sait, on peut apprécier ce livre qui était intéressant à lire.

Les animaux sentimentaux raconte l’histoire de plusieurs personnes qui vont faire, d’une manière ou d’une autre leur coming-out. Nous suivons leur quotidien : les amis, les amours, les emmerdes si on peut le résumer ainsi. Tel un roman choral, nous suivons donc le parcours d’Olivier, David, Lily et Samuel qui ont chacun une histoire bien particulière et différente, à l’image de leur personnalité. J’avoue avoir eu un faible pour celle d’Olivier et de Samuel qui m’ont davantage touché, ce qui a ravi mon collègue puisque c’était aussi ces préférées.

Olivier a des tocs, addict au sexe sur internet, c’est avec lui que nous ouvrons le bal et où dès la première page, je ne m’attendais pas à lire de telles choses mais finalement c’est l’histoire qui m’a davantage plu. Car sur internet il va faire des rencontres, dont une qui va se développer au fur et à mesure pour se transformer en vraie histoire d’amour. J’avoue que ça m’a tenu en haleine de voir leur relation évoluer et aller plus loin qu’un simple plan Q via internet, il faut dire ce qui est.

De même pour l’histoire de Samuel qui cohabite avec un certain Anthony, mais qui ne semble pas exister. C’est assez étrange car on nage entre deux eaux, on frôle avec le fantastique. On ne sait pas très bien si tout cela est réel ou pas et j’ai bien aimé la tournure des événements pour son histoire. Et quand on voit sa vie, sa famille, on peut comprendre qu’il préfère éviter tout cela et être seul, ou presque puisqu’Anthony n’est jamais loin.

L’intérêt de ce livre n’est pas que dans l’histoire ou plutôt ces histoires, ces destins mais aussi dans l’écriture car c’est un vrai exercice de style. Cédric Duroux manie les langues avec brio et cela apporte une autre dimension au livre. Je ne pense pas que ça aurait eu le même impact si tout avait été écrit en français. En effet, nous passons du français à l’anglais en un rien de temps, comme plusieurs des personnages sont étrangers / bilingues ce qui fait que l’on passe d’une langue à l’autre avec un certain naturel. L’anglais est la langue maternelle pour certains, du coup elle est celle qui vient le plus facilement lorsqu’il faut évoquer certaines choses. L’anglais est une langue assez imagée, l’association de deux mots permet de donner une idée qui est plus logique que si l’on cherchait une traduction en français.

Ce jeu avec les langues est vraiment intéressant à voir et la transition de l’une à l’autre est plutôt fluide et ne pose pas de problèmes et les mots employés sont souvent assez simples donc accessibles même si on n’a pas un grand niveau de compréhension en anglais. Après si on n’a aucune notion de la langue il est évident que lire ce livre sera problématique puisqu’il n’y a aucune traduction des passages en anglais. Vous voilà donc prévenus.

En bref, Les animaux sentimentaux est un roman qui m’a bien plu. Je n’ai certes pas eu de coup de cœur mais j’ai pris plaisir à découvrir ces histoires et à m’attacher à certains personnages qui avaient besoin de changements dans leur vie et d’être heureux en trouvant quelqu’un qui leur convienne. Un roman à découvrir, mais qui ne conviendra pas à tout le monde. Mais dorénavant vous savez à quoi vous attendre et j’espère que vous ferez une belle découverte comme moi.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé