1762 : L'encrier du diable de Laure Bazire et Flore Talamon (Les Enfants des Lumières 2)


Quatrième de couverture

Portée par sa fougue, Judith se trouve au cœur d’un nouveau complot : et si Corneille était le véritable auteur des pièces de Molière ?
1762 : jeune mariée, Judith s’est installée à Rouen au côté de son mari, libraire. Elle y coule désormais des jours paisibles… trop paisibles. Aussi se lance-t-elle avec enthousiasme dans le projet de ses amis philosophes parisiens, qui veulent faire reconnaître le génie de Molière à l’Académie française. Or une rumeur se propage : et si Corneille était le véritable auteur des œuvres signées Molière ? Judith doit en avoir le cœur net. Il en va de l’honneur de ses amis. Mais dans l’ombre, d’autres sont prêts à jeter le discrédit sur Molière et faire taire ses partisans… à n’importe quel prix.

Mon avis

Après avoir lu 1759 La plume de l’ange, j’ai enchaîné avec le 2e tome de la série 1762 L’encrier du diable qui reste dans la lignée du premier tome. Donc si vous avez aimé 1759 La plume de l’ange, cette suite ne devrait pas poser trop de problèmes.

Ces livres se lisent tellement vite, je n’ai pas eu à cœur d’attendre entre deux lectures. Je n’aime pas trop enchaîner des tomes d’une même série à la suite, après je m’embrouille dans les événements quand c’est trop rapproché et cela permet aussi de faire durer le plaisir car c’est toujours bon de se replonger dans un univers que l’on a quitté il y a un moment. Mais j’ai dérogé à ma règle parce qu’il aurait été dommage de les faire patienter plus longuement d’autant que ce 2e volume est plus court que le premier et la lecture bien plus rapidement du fait de son format.

En effet, si le premier tome était un roman « traditionnel », celui-ci est sous forme épistolaire, sous forme de lettres , entre différents membres de la famille de Judith, des amis mais aussi une mystérieuse correspondance qui nous permet de voir en amont qu’il se manigance de nouvelles choses dans l’ombre. Une machination que Judith, une fois de plus, va tâcher d’élucider pour savoir ce qui se trame. Elle a le don de se mettre en danger mais c’est pour la bonne cause et sans cela, nous n’aurions rien à lire et ce ne serait pas intéressant, il faut l’avouer.

Comme pour le premier tome, le suspense est plutôt bien gardé dans l’ensemble jusqu’au bout même si on peut se douter de quelques événements. Le fait d’avoir enchaîné les deux livres laissent à penser que certaines choses n’étaient pas tout à fait terminées, donc on peut très bien imaginer qui est derrière tout cela. Mais ce n’est pas gênant parce que cela reste une lecture agréable et sympathique, même si comme pour le premier livre ce n’est pas LE livre de l’année mais cela reste distrayant et sans prise de tête. Toujours ce dont j’avais besoin à ce moment-là.

L’intrigue est bonne et bien menée et l’on se demande à quoi ces accusations envers Molière vont apporter à l’auteur de ces rumeurs. Autant de questions que l’on se pose et qui trouveront réponses à la fin de l’ouvrage. Donc je n’en dirai pas plus à ce niveau-là pour éviter tout spoiler. Il est vrai que le fait que ce soit des lettres apporte une autre dimension au livre, c’est plutôt agréable comme écriture car cela a un côté plus « vivant » du fait que les personnages prennent tour à tour la parole pour s’enquérir de l’avancée de l’enquête ou bien des nouvelles de leur vie. Comme pour le précédent volume, nous découvrons d’un côté une affaire bien plus complexe qu’elle n’en a l’air et de l’autre la vie de couple et de famille de Judith qui n’est pas de tout repos, surtout lorsque cela concerne sa petite sœur qui est en pleine adolescence.

Même si les années ont passé, Judith reste une jeune femme pleine de fougue prête à tout pour aider ses amis et sa famille lorsque cela est nécessaire quitte à se mettre parfois dans des situations compliquées voire dangereuses. Elle est toujours aussi attachante et sympathique, le genre d’héroïne que l’on aime bien accompagner dans ce type d’aventure.

En bref, 1762 L’encrier du diable est dans la lignée du premier, peut-être un petit peu court pour moi, j’aurai aimé un peu plus d’aventure mais cela reste agréable à lire et à suivre. Le côté épistolaire change quelque peu la donne et apporte une nouvelle dynamique à l’histoire ce qui n’est pas pour me déplaire. L’héroïne est égale à elle-même, prête à tout pour découvrir la vérité et aider ses proches en toutes circonstances. Une intrigue bonne et bien menée quoi qu’il en soit avec un suspense maintenu un bon moment. Donc si vous avez aimé le premier tome, celui-ci ne devrait pas faire défaut.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Effroyable porcelaine de Vincent Tassy

Les larmes de l'araignée de Pascaline Nolot