El Portal de los Destinos de Cris Ortega (Forgotten 2)

Quatrième de couverture

Dans El Portal de los Destinos (Le Portail des Destinées), l’artiste numérique Cris Ortega revient avec ses précieux portraits et des compositions à mi-chemin entre gothique et costume d’époque. Cette fois-ci, avec de nouveaux et intrigants personnages au bord de l’abîme, le désespoir ou hanté par la disparition d’un être cher. Un ensemble de mythes et de contes brillamment illustrés.

Traduction personnelle, on copie, on crédite

Mon avis

Profitant de mes vacances à Madrid, j’ai tâché de trouver ce livre en espagnol comme nous n’auront jamais cette suite en français (le tome 1 ayant été publié chez Milady Grafics). Cela a été une recherche un peu fastidieuse mais j’ai fini par trouver le St Graal, ce 2e tome de Forgotten, dommage, il n’y avait pas le 3e tome sans quoi je l’aurai pris aussi. Mais c’est déjà bien et ça fait un petit souvenir de mes vacances… Et oui, on ne se refait pas, il fallait que je prenne un livre.

Je n’ai pas attendu longtemps pour le lire, le temps de fini le 1e tome du Bâtard de Kosigan et ça a été un plaisir de me replonger dans cet univers bien particulier. J’avais beaucoup aimé le 1er volume et j’avais été déçue de voir que je n’aurai jamais la suite. Lire en VO est un bon moyen pour parfaire son vocabulaire et pratiquer la langue. Après tout, dans les musées je lisais essentiellement en espagnol (et en anglais quand je ne comprenais pas certains mots).

Comme pour le premier tome, une narratrice nous raconte diverses légendes et mythes. Pour la majeure partie, c’est l’histoire de femmes qui ont vécu des choses tragiques, des amours perdus. L’ayant lu en espagnol, il est évident que certaines subtilités de la langue m’ait échappé mais je pense avoir tout de même compris la majorité et ce qui se passe dans son ensemble. Donc je n’ai pas les détails, comme lorsque je lis en anglais mais j’ai compris les 4 histoires qui nous sont présentées.

Ce sont des histoires tragiques, quelque peu triste mais belles en même temps. L’écriture de l’auteur est agréable et on a vraiment l’impression de lire un conte ou plutôt devrais-je dire des contes qui suivent pourtant un lien car lors de la conclusion de la narratrice, cela l’amène toujours à une autre histoire.



Les textes ne sont pas longs mais suffisamment pour nous embarquer dans son univers et voir le destin qui attend nos diverses femmes. Le texte est inséré dans les illustrations qui sont juste magnifiques. J’avoue que j’achète cette série avant tout pour les illustrations que les textes même si ces derniers sont des plus sympathiques à suivre.

Cris Ortega a un certain don pour dessiner les femmes, à la fois faible et forte, toutes en dualité, elles sont inspirantes, très expressives. Je suis très fan de ses illustrations donc c’est pour ça que j’avais acheté le 1er tome quand il était sorti chez nous et aussi pourquoi j’ai acheté La Sombra del Cuervo Rojo, un roman de Fantasy qu’elle a écrit et en parti illustré (couverture et intérieur).

Les illustrations habillent le texte mais ne nous permettent pas de comprendre ce qui se passe sans ce dernier. En revanche, on peut s’imaginer notre propre histoire avec ses illustrations et en cela c’est intéressant aussi. On peut admirer les dessins et inventer le destin de ces femmes.



En bref, El Portal de los Destinos est un bel artbook que je vous conseille aussi bien pour les textes que les illustrations. Mais vous voilà averti, cela sera en espagnol (pour la VO) ou bien en anglais puisque cela a été traduit intégralement dans cette langue. Des histoires superbes le tout sublimé par les illustrations de Cris Ortega, à condition évidemment d’aimer son travail. Moi j’en suis fan en tout cas, raison pour laquelle je l’ai quand même pris en espagnol, quitte à me remettre un peu dans la langue pour avoir le fin mot de cette trilogie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé